Sur mon ile

le corps de garde

Sur mon île – et il est bon de se l’avouer de temps en temps – nous vivons dans la paix ! Alors qu’ailleurs… ailleurs où les gens sont de la même couleur, de la même race, et goûtent les mêmes saveurs… c’est tout l’temps la guerre, l’exil, l’exode… Et il est bon, je crois, que de temps en temps, nous le regrettions !

Sur mon île, malgré nos différences de peaux et de plantes, de races et de fleurs, d’arbres et de cultures, de langues et de croyances, d’épices et de saucisses… oui, nous vivons très entremêlés, mais en parfaite harmonie ! Et il est bon que de temps en temps, nous nous en souvenions !Certains disent que la raison c’est que le peuple mauricien est peu récalcitrant, et de toute évidence, un grand tolérant …

Et vous, que dites-vous ?

Moi ? Oh moi vous savez… ce que j’en dis… Moi j’aime à rêver… j’aime à penser… je ne dis pas, je rêve, je pense, je crois… Je crois que la raison est parce qu’en tout temps toute saison, sur mon île, il n’y a qu’un seul Dieu qui veille !

Et il est bon que de temps en temps, nous L’en remercions !

Doris David
24 septembre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.