monsieur untel et madame paumée

” Fils d’homme, je fais de toi un guetteur… Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part.”

Ezéchiel 3:17


Qu’il est bon de Te rendre grâce Seigneur, de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut, d’annoncer dès le matin ton amour,  ta fidélité, au long des nuits. Parle Seigneur ! Ton serviteur écoute.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 26,14-25.

En ce temps-là, l’un des Douze, nommé Judas Iscariote, se rendit chez les grands prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui remirent trente pièces d’argent. Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus : « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? » Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : “Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.” » Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer. » Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour : « Serait-ce moi, Seigneur?» Prenant la parole, il dit : « Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! » Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi-même qui l’as dit ! »


"c’est chez toi 
que je veux célébrer
 la Pâque "

O Maître, Le Père t’a vraiment donné carte blanche en Ta Mission et en Tes fréquentations ! Te voilà célébrant une fête si importante qu’est La Pâque chez monsieur ‘untel’, dont le nom est caché, les activités gardées secret ! Déjà, quelques semaines auparavant c’était chez un collecteur d’impôts que tu voulais dîner, entouré de voleurs et de prostituées. Une fois, Tu as même fait dégringoler de l’arbre où il s’était perché pour Te voir passer, un autre ‘pécheur’ très connu de son quartier pour ses malhonnêtetés, et Tu T’es invité chez lui. Quant aux femmes de mauvaises vies, Tu avais pour elles un faible très prononcé – Tu étais, comme dit l’anglais “their knight in shining armour” – leur chevalier servant !

Tu fréquentais vraiment n’importe qui Seigneur. D’ailleurs, rien n’a changé dans Ton comportement depuis que Tu es reparti vers Le Père reprendre Ta place de Haut Dignitaire dans Son Royaume – je suis une à en profiter pleinement !

Combien de fois T’ais-je trahie dans le passé Seigneur ? Et pourtant Tu m’es resté fidèle et profondément attaché. Même maintenant que je Te suis toute abandonnée et très fidèle, il m’arrive de me laisser piéger, de perdre pour un moment l’équilibre, de m’inquiéter pour un rien, de me laisser troubler, de permettre aux moqueurs de m’atteindre au point où la dernière fois, j’étais à deux doigts de perdre la paix et la joie que Tu m’as données. Et Toi Seigneur, Toi Tu ne dis rien, mais dès que mon regard se retourne vers Toi car le Tien ne me quitte pas – Dieu soit loué pour cela – Toi Seigneur Jésus, Tu me reprends chez Toi, Tu me redonnes ma place – tantôt à Tes pieds à T’écouter parler, tantôt dans Ton Coeur à munir avec Toi aux souffrances du monde.

Qu’importe là où Tu es, une fois que je sois de nouveau à proximité de Toi, et toute ma paix et toute ma joie me sont redonnées. Amen Alléluia Merci Seigneur Jésus +

C’est vrai, L’insulte m’avait broyée le cœur, la honte me couvrait déjà le visage : je suis aujourd’hui une étrangère  pour mes frères, une inconnue pour les fils de ma mère. L’amour de Ta maison mon Dieu m’a perdue – je suis le ‘black sheep’ de ma famille !

Mais peu m’importe, une fois que je ne Te perde pas de vue, une fois que Ton Regard ne me quitte pas, et je reviendrai toujours sur mes pas. Alors Tu me reprendras et me redonneras mes droits auprès de Toi. Et je ferai chanter les “paumés” comme moi – qu’ils n’aillent pas désespérer ailleurs – le corps pendu à un arbre  :

“Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu! Car le Seigneur écoute les humbles,  il n’oublie pas les siens emprisonnés. Le Seigneur est mon berger, rien ne me manque. Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu. Il est proche, Celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble ! Quelqu’un veut-il m’attaquer en justice ? Qu’il s’avance vers moi ! Voilà le Seigneur mon Dieu, il prend ma défense; qui donc me condamnera ? ” * +

N’est ce pas Seigneur Jésus ?

Et Jésus répondit :

Toi et tes paumés, Le Seigneur Dieu vous fera croître ! Car c’est pour vous que J’étais venu, et pour vous que souffle aujourd’hui Le Saint Esprit ! 

Amen Merci Seigneur. Hosanna au plus haut des Cieux +

 

Isaïe 50*Psaume 69(68)*Psaume 115:14) 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.