le disciple de La Miséricorde

SAINTES LECTURES DU JOUR  lire  >>

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 21, 33-43.45-46.

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Écoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils.” Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : “Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !” Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? » On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. » Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits. » En entendant les paraboles de Jésus, les grands prêtres et les pharisiens avaient bien compris qu’il parlait d’eux. Tout en cherchant à l’arrêter, ils eurent peur des foules, parce qu’elles le tenaient pour un prophète.


MEDITATION

Purifie mon cœur et mes lèvres, Dieu très saint, pour que je fasse entendre à mes frères Ta Bonne Nouvelle.

Si ton propre peuple a pu te rejeter, te traiter comme un vulgaire bandit, sans que tu te rebelles, qui suis-je pour me plaindre quand on me fait la même chose ?

“Le disciple n’est pas plus que le maître; mais tout disciple accompli sera comme son maître.” (Luc 6:40 )

C’est toi qui l’as dit Seigneur Jésus, alors je me réjouis ! Et je te prie de prendre pitié d’eux parce qu’ils sont loin de se rendre compte qu’au final, ce sont eux les perdants. Ceux qu’ils rejettent aujourd’hui seront demain ceux qui les accueilleront aux portes du Paradis ! C’est là ton œuvre Seigneur, la merveille devant nos yeux !

Tu es le Dieu de Miséricorde et ton disciple ne connait pas la vengeance parce qu’il pratique le pardon; il ne garde pas rancune ni rend le mal pour le mal, car d’un mal il est capable de faire un bien; et même si pour un peu de temps, il devra secouer la poussière de ses pieds en guise de témoignage, il le fera sans amertume ni colère car le disciple de La Miséricorde possède Ton coeur Seigneur.

N’est ce pas ? N’est ce pas que sur la Terre, tu n’as autre corps que celui de ton disciple accompli ? Nulles autres mains que les siennes pour bénir, nuls autres pieds que les siens pour courir ? N’est ce pas que c’est avec tes yeux qu’il regarde, tes oreilles qu’il écoute, ton esprit qu’il instruit et ton coeur qu’il aime et intercede pour les plus démunis ?

Et Jésus répondit :

“Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. (Lc,1,28)  Je conduirai les aveugles par un chemin qu’ils ne connaissent pas, …devant eux Je changerai l’obscurité en lumière. (Is,42,16) 

Amen Alléluia tout est dit, alors un grand merci Seigneur, merci pour cette espérance. +

Pour toi qui lis ces quelques lignes, je souhaite et je prie qu’aujourd’hui même L’Amour Se penche sur toi et te prenne dans Ses bras.