un mal pour un bien

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 20,17-28.
En ce temps-là, Jésus, montant à Jérusalem, prit à part les Douze disciples et, en chemin, il leur dit:

« Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes, ils le condamneront à mort
et le livreront aux nations païennes pour qu’elles se moquent de lui, le flagellent et le crucifient ; le troisième jour, il ressuscitera. »
Alors la mère des fils de Zébédée s’approcha de Jésus avec ses fils Jacques et Jean, et elle se prosterna pour lui faire une demande.
Jésus lui dit : « Que veux-tu ? » Elle répondit : « Ordonne que mes deux fils que voici siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton Royaume. »
Jésus répondit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ? » Ils lui disent : « Nous le pouvons. »
Il leur dit : « Ma coupe, vous la boirez ; quant à siéger à ma droite et à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela est préparé par mon Père. »
Les dix autres, qui avaient entendu, s’indignèrent contre les deux frères.
Jésus les appela et dit : « Vous le savez : les chefs des nations les commandent en maîtres, et les grands font sentir leur pouvoir.
Parmi vous, il ne devra pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur ;
et celui qui veut être parmi vous le premier sera votre esclave.
Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »


MEDITATION

Peut-on rendre le mal pour le bien ?

Comme dit la pensée humaine : « la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a.» Ainsi je ne peux donner que ce que je possède. Si le mal possède mon cœur c’est le mal que je rendrai au bien qui m’est fait.

Voilà pourquoi la miséricorde est née un beau jour sur une croix où se mourrait L’Amour personnifié.

La miséricorde est le dernier recours. Prenons un condamné à perpétuité pour tout le mal qu’il a fait et rendu dans sa vie. S’il fait appel, qui le répondra ? La société ? Celle qui au départ l’a condamné parce qu’il le méritait et que les preuves l’accablaient ? Et puis qui dit qu’il le méritait ? Qui peut vraiment juger ? S’il fait appel, moi je sais que c’est Jésus qui le répondra – Lui qui est venu non pour juger mais pour sauver, parce que c’est Lui qui détient la vérité et toute la vérité car c’est ce qu’Il est.

Je suis la Vérité, et la Vérité vous libèrera. (Jn 14/ Jn 8)

Ainsi le condamné à perpétuité ne sera pas libéré, il ne reprendra pas sa place dans la société, mais il vivra ailleurs où une meilleure place l’attend, avec Jésus qui l’aura libéré en ouvrant son cœur à la vérité, en l’aidant à la voir comme elle est :

« Oui tu as grandement péché, et si je te le montre, ce n’est pas pour remuer le couteau dans la plaie, mais afin que tu acceptes que tu t’es laissé berné – le mal, tu l’as fais quand tu as permis au Malin de te posséder. A cette coupe tu dois boire, c’est pour ton bien. Mais à présent que ta peine est purgée, que tu dois t’en aller, regardes-toi dans ce miroir : est-ce que tu reconnais cet  enfant ? L’enfant que tu étais, innocent et naïf du grand péché que tu as commis ? Aux yeux de ton Père des cieux, c’est ainsi qu’Il t’a toujours vu et qu’Il te voit encore aujourd’hui. Ne voudrais-tu donc pas redevenir ce petit enfant ? Alors suis-moi – je ferai de toi pécheur d’hommes. A ton tour tu leur parleras en ma faveur – je mettrai mes paroles dans ta bouche et ils verront la vérité. Qu’ils l’acceptent et se repentent comme toi-même tu l’as fait, et je les libérerais comme je te libère aujourd’hui.  Viens, partons, allons sur l’Autre Rive. Là où je te conduis, crois moi, tu en auras le choix ; mais ne crains pas car je serai avec toi, je ne lâcherai pas ta main quand feras ton choix. Ce que tu as reçu de moi tu donneras gratuitement et tous vous vivrez en paix.

N’est-ce pas Seigneur Jésus ?

Et Jésus répondit :

« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.

Mt.10 :8

Comment Seigneur, Tu n’as rien à ajouter aujourd’hui ?

Je suis le bon pasteur; et Je connais mes brebis et mes brebis Me connaissent, comme le Père Me connaît et que Je connais le Père. Jean 10:14 Tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous l’avez reçu et cela vous sera accordé. Marc 11 :24

Amen Merci Seigneur. Merci de nous montrer que d’un grand mal tu peux en faire un grand bien. Alléluia +

Joie pour les coeurs qui cherchent le Seigneur !

Ps.105 :3

 

Pour toi qui lis ces quelques lignes, je souhaite et je prie qu’aujourd’hui même L’Amour Se penche sur toi et te prenne dans Ses bras.