Proclamation

PAROLES DE DIEU

Il (Jésus) était, à ce que l’on pensait, fils de Joseph. (Lc 3) (Mais) Le témoignage de Dieu a plus de valeur, puisque le témoignage de Dieu, c’est celui qu’il rend à son Fils (1 Jn 5) Sa parole sur la terre (Ps 147)

MÉDITATION

Jésus Christ est Le Fils de Dieu.

Cette Vérité, ce n’est pas l’homme, avec son esprit d’homme, qui peut en témoigner, c’est l’Esprit de Dieu en l’homme: l’esprit de l’homme par lui même ne peut porter un tel témoignage.

Jésus Christ est Le Fils de Dieu.

Avant que Le Père ne se penche sur moi, certes, je portais ce témoignage, mais il était enfoui en moi, jamais je n’osais en parler ouvertement devant les hommes, parce que la foi, pour beaucoup encore, demeure un sujet très personnel que l’on n’aborde pas en publique ! Avant de rencontrer Le Père, oui je l’avoue, moi aussi, Jésus je le gardais pour moi. D’ailleurs je sais aujourd’hui que je ne Le connaissais pas en vérité – je ne Le connaissais qu’à travers le regard des autres, par ouie dire, par ce que l’on m’avait enseigné de Lui. J’avais pour ainsi dire une foi transmise. Mais depuis ce moment où, dans Son infinie Miséricorde, Le Père m’a prise dans Sa bulle d’amour, Lui même m’a présenté Son Fils, et j’ai rencontré Son Verbe, fait chair. Le Père m’a fait regarder Son Fils Jésus, avec Ses yeux à Lui. Il m’a révélé Sa Présence en petit moi comme Il est en Lui. Petit à petit, Jésus est devenu mon Ami, et puis la relation a évolué et Jésus est devenu mon petit Ami, mon Fiancé… jusqu’à ce sacré jour de notre mariage célébré dans la plus stricte intimité. Et depuis j’ose Le proclamer, Le donner à ceux qu’Il nous envoie… Mais revenons un moment à ce jour sacré de mes voeux prononcés…

Ce jour là, dans la petite chapelle du Carmel où je m’étais rendue “incognito”, nous étions seuls Maurice mon époux de terre en chair et en os qui tenait le cierge allumé, et petit moi qui venait pour prononcer ses voeux à Jésus – se donner entièrement à Lui – consacrer sa vie à L’aimer, Le chérir, travailler pour Le faire plaisir, et pas seulement jusqu’à ce que la mort nous sépare car la mort mon Fiancé l’avait déjà vaincue – donc j’étais très consciente que mon mariage avec Jésus était pour la vie – La Vie Eternelle ! D’ailleurs Il est Lui même La Vie !

Pour l’occasion donc, j’avais fait comme on fait : tout de blanc vêtu, je m’étais allongée par terre. J’avais étendu les bras en croix, et mon visage était contre le sol, (je me souviens l’avoir trouvé particulièrement glacé), et j’ai attendu qu’il se passe quelque chose… Au préalable, je m’étais recueillie, j’avais prié, et prononcé mes voeux solennels. Je m’étais même donné un nouveau nom, un que j’affectionne particulièrement, mais que j’utilise seulement quelques fois dans l’intimité avec Jésus, le monde ne le connait pas car je ne l’utilise pas devant lui. Pour Jésus, je suis “Elizabeth-Marie de la Miséricorde“.

J’étais heureuse de faire tout cela, surtout que Maurice approuvait pleinement mon désir de me consacrer à Jesus. Toutefois, ce jour là… rien ne s’est passé – Le Ciel ce jour là est resté fermé ! Ce qui fait que je ne peux pas dire que c’était le plus beau moment de ma vie… le plus solennel certes…

N’est ce pas Seigneur ? Que dis-Tu ? Est ce que ce moment dans la chapelle du Carmel T’a ému Toi ? T’as-Il interpellé ?

Et Jésus répondit : “Quiconque se déclarera pour Moi devant les hommes, Moi aussi Je Me déclarerai pour lui devant mon Père.”

Oh Seigneur que veux-Tu dire ? Est ce un reproche que Tu me fais de ne pas en parler ouvertement devant les hommes ? Est ce que Tu aurais voulu que ce moment soit une vraie déclaration de notre union devant le monde entier ? Seigneur comment cela peut il se faire puisque ma propre église – l’eglise de mon premier baptême – qui est seule à pouvoir la déclarer, me rejette ?

Et Jésus répondit: Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à Moi, et qu’il boive celui qui croit en Moi ! Tu avais soif de Te donner à Moi douce Epouse. Ce jour là , Tu es venue à Moi – Tu as bravé le qu’en dira-t-on. Comment puis-je Te reprocher ? Tu as fait de notre Union, une Vérité. A présent, sois pleine d’allegresse et exultes éternellement de ce que Moi, Je vais créer.

Amen Amen Alléluia ! Merci Seigneur. Tu sais combien depuis longtemps j’attends ce moment où Tu Te déclareras pour moi devant les hommes comme je me déclare déjà pour Toi ! J’ai soif Seigneur que Tu leur révèles Toi même notre union, et reconnaisses le nom que Tu m’as inspiré, que je porte en secret dans notre intimité – Ton Nom Seigneur : Miséricorde ! Je suis heureuse de Te le dire aujourd’hui, et je me réjouis d’avance de ce que Tu vas créer car ce sera une nouveauté ! C’est sans doute pour cette raison que l’église rejette notre union – elle n’est pas encore prête à accueillir cette Nouveauté !

Et Jésus répondit : Oui ma douce Epouse, Je le dis : Je t’ai fait entendre dès maintenant des choses nouvelles, secrètes et inconnues de toi. Moi, Je t’ai choisie, Je ne t’ai pas rejetée. Ne crains pas : Je suis avec toi ; ne sois pas troublée : Je suis ton Dieu. Je t’affermis ; oui, Je t’aide, Je te soutiens de Ma main victorieuse. C’est Moi, le Seigneur ton Dieu, qui saisis ta main droite, et qui te dis : « Ne crains pas, moi, Je viens à ton aide. » Et à ceux qui te combattent, qui s’enflamment contre toi, Je dis aujourd’hui de manière solennelle : “Faites silence pour M’écouter.”  Quant à toi ma douce Epouse, toi qui as obéi et M’a posé comme un sceau sur ton coeur, Heureuse es-tu dès à présent de mourir à ce rejet, car c’est en Moi que Tu meurs. Souviens-toi que Moi aussi Je fus rejeté par mon propre peuple. Souviens-toi que tout ce qu’ils vous font c’est à Moi qu’ils le font ! Ne leur en veux donc pas, ne leur reproche même pas, car en tes voeux, tu as promis de Me servir, et tu sais que le serviteur du Seigneur ne doit pas être querelleur, mais accueillant à tous, capable d’instruire, patient dans l’épreuve.

Oui mon Seigneur, je le sais et je le serai encore plus…

Toi et ton époux, vous reçu un esprit de fils adoptifs qui fera un jour le monde s’écrier : Abba! Père! Demeurez donc dans Son Amour. Je vous Le porte, car s’Il vous manque, vous n’êtes rien, vous ne pouvez porter du fruit, vous ne pouvez rien faire. Cherchez d’abord Son Royaume et Sa justice, et tout cela (boire, manger…) vous sera donné par surcroît.

Oui Seigneur… En Tes Paroles je trouve ma joie, je sais qu’un jour viendra où Tu combleras ce désir de mon coeur… et tout le monde verra ! Pour le moment je continue mon chemin dans cette foi.

C’est bien mon Epouse. Recherchez Ma force, sans relâche poursuivez Ma face – qui Me voit voit Le Père. Rappelez-vous quelles merveilles Il a faites en vous et pour vous – de Ses prodiges, des jugements qu’Il prononça et qui font loi pour l’univers. Souvenez-vous toujours de Son alliance, Parole édictée pour mille générations et conclue à travers vous, aujourd’hui Je la proclame au Nom du Père par Le Fils dans Le Saint Esprit : ” Je pardonnerai leurs torts, et de leurs péchés Je n’aurai plus souvenance.” Amen Merci Seigneur Jésus. A présent Famille David, puisque vous avez été choisis et désignés par ce nom que vous portez pour rendre grâce au Seigneur « car éternel est son amour », allez faire ce qu’Il vous dit. Et quand vous aurez terminé votre service, rentrez chez vous et bénissez les gens de votre Maison. Amen Alleluia +

Père, Seigneur du ciel et de la terre, au Nom de Jésus et comme Lui-même l’a dit : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. C’est pourquoi de nouveau je proclame Ta louange et je dis : JESUS CHRIST EST LE FILS DE DIEU ! Amen Alléluia +

Et Jésus ajouta, comme pour sceller tout ce qui fut dit aujourd’hui en ce puits :

“Je les amènerai sur ma montagne sainte, Et je les réjouirai dans ma maison de prière; Leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel; Car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples.”

Is,56,7

(Mt.10:32)(Jn:7.37)(Is.65:18)(Is.48:6)(Is.41:1)(Ct.8:6)(Ap.14:13)(Mt.25:40)(2Tm.2:24)(Rm.8:15)(1Co.13:2)(Jn:15.5 )(Mt.6:33)(Jn.14:9)(1Ch.16:11…)(He.8:12)(1Ch.16:43…)(Mt 11)

width=

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,

Là où est la haine, que je mette l’amour. Là où est l’offense, que je mette le pardon. Là où est la discorde, que je mette l’union. Là où est l’erreur, que je mette la vérité. Là où est le doute, que je mette la foi. Là où est le désespoir, que je mette l’espérance. Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière. Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler, à être compris qu’à comprendre, à être aimé qu’à aimer. Car c’est en se donnant qu’on reçoit, c’est en s’oubliant qu’on se retrouve, c’est en pardonnant qu’on est pardonné, c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

Prière de saint François d’Assises

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather