ce qui vaut mieux


Nombres 11* Psaume 19 * Jacques 5 * Marc 9

Avec bonté Seigneur, Tu nous invites à venir Te rencontrer en Ta Parole ! Merci de nous lancer cet appel qui nous faire prendre conscience de la course folle dans laquelle nous sommes entraînés.  Aide-nous à nous arrêter, pour respirer, regarder, écouter, faire silence… Te rencontrer et Te prier.  Apprends-nous l’essentiel : non pas la course à l’argent et au bonheur futile, mais une confiance éperdue en Ton amour et en Ta miséricorde.

Chers frères et sœurs, chers pèlerins,

Que la Grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec nous tous qui allons passer ce moment en Sa sainte compagnie. Prions et demandons à L’Esprit du Seigneur de nous éclairer alors que nous allons communier à Sa Parole. Par notre baptême, Elle est inscrite en nos cœurs. Que Le Seigneur ouvre nos coeurs aux merveilles de Sa Parole. Que nous L’entendions à présent avec nos oreilles.

Gloire au Père par le Fils dans le Saint Esprit. Amen

 

peinture de Rupnik

 

«les décisions du Seigneur sont justes et vraiment équitables »

Psaume 19

Dans sa louange à Dieu, le psalmiste pose une question : Qui peut discerner ses erreurs ? Et L’Esprit du Seigneur lui répond en sa propre prière : Purifie-moi de celles qui m’échappent. Préserve aussi ton serviteur de l’orgueil : qu’il n’ait sur moi aucune emprise. Alors je serai sans reproche, pur d’un grand péché. Seul Celui qui est Vie et donne la Vie à l’homme a le pouvoir de sonder son cœur, discerner – lui montrer ses erreurs, le purifier et l’en préserver ! Car seul Lui qui est sans reproche, pur d’un grand péché, a le pouvoir de rendre Sa créature semblable à Lui ; quand bien même pour cela Il doive la couper et l’arracher à tout ce qui l’entraînerait à l’éloigner de Lui : Si ta main t’entraîne au péché, coupe-la… Si ton pied t’entraîne au péché, coupe-le… Si ton œil t’entraîne au péché, arrache-le… En d’autres mots, il vaut mieux aller à Dieu seul que mal accompagné !

Merci Seigneur, Ta Parole est Vérité ; en cette Vérité, consacre-nous.

Notre Père qui es aux Cieux …

Je te salue Marie comblée de grâces…

Gloire au Père au Fils au Saint Esprit …

Chers frères et sœurs, chers pèlerins

Que la bénédiction du Père, du Fils et de l’Esprit descende sur nous et y reste à jamais” Amen +

«Il est dit dans l’Évangile que le Bon Dieu viendra comme un voleur. Il viendra me voler tout plein gentiment. Oh ! que je voudrais bien aider au Voleur !»»

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face

L’Église se souvient

SAINT JÉRÔME

Prêtre, Docteur de l’Église

(340-420)

 

Saint Jérôme naquit en Dalmatie, de parents riches et illustres, qui ne négligèrent rien pour son éducation. Les séductions de Rome entraînèrent un instant Jérôme hors des voies de l’évangile ; mais bientôt, revenant à des idées plus sérieuses, il ne songea plus qu’à pleurer ses péchés et se retira dans une solitude profonde, près d’Antioche, n’ayant pour tout bagage qu’une collection de livres précieux qu’il avait faite dans ses voyages. L’ennemi des âmes poursuivit Jérôme jusque dans son désert, et là, lui rappelant les plaisirs de Rome, réveilla dans son imagination de dangereux fantômes. Mais, loin de se laisser abattre par ces assauts continuels, il redoubla d’austérités. Ses prières et ses larmes furent enfin victorieuses, et les attaques de Satan ne servirent qu’à faire mieux éclater la sainteté du jeune moine. Avec des auteurs sacrés, Jérôme avait emporté au désert quelques auteurs profanes ; il se plaisait à converser avec Cicéron et Quintillien. Mais Dieu, qui réservait pour Lui seul les trésors de cet esprit, ne permit plus au solitaire de goûter à ces sources humaines, et, dans une vision célèbre, il lui fit comprendre qu’il devait se donner tout entier aux études saintes : « Non, lui disait une voix pendant son sommeil, tu n’es pas chrétien, tu es cicéronien ! » Et Jérôme s’écriait en pleurant : « Seigneur, si désormais je prends un livre profane, si je le lis, je consens à être traité comme un apostat. » Son unique occupation fut la sainte écriture. À Antioche, puis en Palestine, puis à Rome, puis enfin à Bethléem, où il passa les années de sa vieillesse, il s’occupa du grand travail de la traduction des saints livres sur le texte original, et il a la gloire unique d’avoir laissé à l’Église cette version célèbre appelée la Vulgate, version officielle et authentique, qu’on peut et doit suivre en toute sécurité. Une autre gloire de saint Jérôme, c’est d’avoir été le secrétaire du concile de Constantinople, puis le secrétaire du pape saint Damase. Après la mort de ce pape, l’envie et la calomnie chassèrent de Rome ce grand défenseur de la foi, et il alla terminer ses jours dans la solitude, à Bethléem, près du berceau du Christ.

 

©Evangelizo.org 2001-2012


[youtube http://www.youtube.com/watch?v=7HFjfVgkGME]

Facebooktwittergoogle_plusmailby feather