cap sur Jésus-Christ

«Qui sait si Dieu ne se ravisera pas, s’il ne reviendra pas de l’ardeur de sa colère ?» Jonas 3 « Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive; il en sera de même avec le Fils de l’homme pour cette génération. » Luc 11 


clique sur la Bible pour lire les Textes Liturgiques pour ce jour

Ceux qui ont reçu l’onction du baptême de L’Esprit de Dieu en Jésus-Christ, sont de cette génération dont Il parle, car ils sont venus après Jonas et après Lui – Fils de l’homme, Fils de Dieu !  En leur qualité de baptisés, ils ont pour mission de continuer Son œuvre : annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; guérir ceux qui ont le coeur brisé, proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, renvoyer libres les opprimés, publier une année de grâce du Seigneur. (Luc 4)  Le baptisé qui perpétue fidèlement et selon Sa Volonté, L’Oeuvre Divine en Jésus-Christ, est donc un signe pour tous que Dieu est Présent Agissant et Vivant en chacun.

Cette année a été décrétée : ‘L’Année de la foi’, qui se ‘veut contribuer à une conversion renouvelée au Seigneur Jésus et à la redécouverte de la foi, afin que tous les membres de l’Église soient des témoins crédibles et joyeux du Seigneur ressuscité dans le monde d’aujourd’hui, capables d’indiquer aux nombreuses personnes en recherche la “porte de la foi”’ selon le vœu du chef des baptisés en l’Eglise Catholique Romaine. Tous ont reçu là un signe – un signe venu du Créateur qui constate le manque de foi parmi Ses enfants et pleure de ne plus exister dans leurs cœurs ! Et pourtant il y a deux mille et douze ans qu’Il s’est présenté à eux, non comme L’Eternel Dieu vengeur qui menace et châtie Ses enfants, mais comme Le Père de tous, qui se veut compatissant envers chacun.  Grâce au Don de Son Fils, Jésus-Christ, et à ceux qui perpétuent Sa mémoire, La Bonne Nouvelle a été annoncée : « C’est la Miséricorde que je veux et non les sacrifices ! »

Alors pourquoi Dieu pleure-t-Il toujours le manque de foi ?

Si un homme perd sa foi en Dieu, c’est parce que quelque part il a perdu la foi en l’homme – en l’homme de Dieu qui ne lui annonce plus la Bonne Nouvelle, car de lui il ne reçoit aucune compassion, mais que des sanctions qui l’empêchent de s’unir à ses propres frères, et travailler en sa propre patrie !

C’est pourquoi la voix des baptisés qui crient leur foi dans le désert de l’exil, continueront à crier, sans colère, sans violence, sans bravoure, mais avec autorité, douceur et humilité par L’Esprit de Dieu qui vit en eux : CONVERTISSEZ-VOUS, ALLEZ A LA RECHERCHE DES BREBIS EGAREES ET PERDUES DU ROYAUME, LIBEREZ LES DU JOUG QUE VOUS LEUR IMPOSEZ !

‘L’exemple vient d’en haut’, dit le dicton.  Gardons le cap sur Jésus-Christ – Unique Sauveur et Vainqueur de la mort.  Il est L’Exemple le plus haut que l’homme n’a jamais reçu du Ciel jusqu’ici. Lui qui est venu donner sa vie afin que tous aient la vie, a prouvé au monde entier qu’aucune tentation, aucun enfer, aucune religion, aucune doctrine, aucune persécution, aucune loi humaine, aucune tradition ou imposition, aucun jugement, aucune sanction, venant de l’homme, ne peut avoir raison de lui, s’il ne donne pas son consentement.  « Ma vie personne ne la prend, c’est moi qui la donne ! » 

Jésus était un homme libre parce que Dieu L’a voulu ainsi, comme Il a voulu la liberté pour chacune de Ses Créatures.  C’est cela qu’Il est venu annoncer en Bonne Nouvelle à la multitude.  Tout comme Jonas demanda à être jeté à la mer, Jésus a accepté la croix.  Tout comme Jonas  fut rejeté 3 jours après du ventre de la baleine, l’enfer a rejeté le corps du crucifié 3 jours après sa mort.  Et si Jonas a pu traverser la ville de Ninive en 1 jour alors qu’il fallait au commun des mortels 3 jours pour le faire, c’est parce que La Puissance de la Parole de Dieu l’accompagnait !

Notre vœu en ce puits ce matin, est de glorifier Le Père pour la liberté d’expression que Sa Parole de Vie donnée en Jésus-Christ, nous apporte chaque jour. Nous voulons Te dire merci Seigneur pour L’Eau Vive qui est transmise en ce puits pour la multitude, grâce à Ton Esprit Saint. C’est Elle qui nous a libérée du joug imposé, et continue à nous garder éveillés en cette grâce Divinement accordée un peu plus chaque jour ;  c’est encore Elle qui nous donne à persévérer dans la solitude de l’exil, à continuer Ton œuvre, en offrant gratuitement à ceux qui peinent sous le poids d’injustice hors de l’enceinte du troupeau, un moyen de libération par notre témoignage du bonheur de vivre avec Toi.

La vie doit continuer malgré tout.  La liberté doit être défendue envers et contre tous car besoin est. L’Amour doit être préservé en tout, là est une vitale nécessité. Car, pour chaque homme et chaque femme, il y a PLUS qui l’attend devant : il y a la foi en Toi Seigneur Jésus, que personne ne peut enlever de soi !  Il y a le ‘bonheur de croire’ – le bonheur de croire en son prochain comme en soi-même !  

Là est le signe que nous attendions qui grandit aujourd’hui notre Espérance : petit à petit ce puits déborde, et L’Eau Vive qu’elle contient s’en va irriguer d’autres puits !  Et qui sait ? Qui peut croire qu’un jour arrivera où les voix de l’exil embrasseront celles de la sanction ? Sinon celui qui croit que ‘rien n’est impossible à Dieu qui ne fait pas de différence entre les hommes, car Il est Dieu de Miséricorde’.

Oui, ‘si tu savais le don de Dieu’, tu prierais pour que cette Vérité s’accomplisse au plus vite ! 

Notre Père qui es aux Cieux, que Ton nom soit sanctifié, que Ton règne vienne, que Ta volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel.  Maintenant que dans Ta grande Miséricorde Tu nous as donné notre Pain quotidien en L’Eau Vive qui libère, pardonne-nous notre foi faible et fragile dès fois, comme nous pardonnons à ceux qui T’offensent à cause de leur foi faible et fragile à la fois.  Et ne nous soumets pas à la tentation d’abdiquer de Toi en l’homme étranger qui ne Te connait pas !  Mais délivre-nous du Mal de penser que pour les captifs du péché, Tu n’agis pas ! Car c’est à Toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, tout à la fois.  Amen +

En cette année de foi, voilà tout notre foi, et PLUS encore !  Qu’elle t’accompagne cher pèlerin, et t’aide dans ta souffrance, quelle quelle soit. Sur ton chemin de vie, n’oublie pas que le coeur de Notre Seigneur ne recule devant rien ni personne, quand un coeur brisé comme le tien lui adresse son cri.  Mets le cap sur Jésus-Christ et vit paisiblement ta vie ! Il fera le reste. C’est Sa promesse en ce puits. Amen +


Pour nous accompagner aujourd’hui en notre désert : la pensée d’une petite soeur :

«Cf. Mère Agnès de Jésus : ” Il lui fallait travailler la journée entière avec sa Maîtresse des novices, à la lingerie. C’était une sainte religieuse, mais qui n’avait pas le tact de comprendre qu’elle fatiguait extrêmement sa novice en lui parlant et l’obligeant à parler du Bon Dieu, depuis le matin jusqu’au soir. Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus me raconta qu’un jour, n’en pouvant plus et près de perdre patience, elle avait subitement pris le parti de lui sauter au cou pour l’embrasser… “

STEJ (Extrait de “Derniers Entretiens” Editions du Cerf 1971 page 472 13.7.18)

Et un Message d’Amour du Sauveur dont le cœur est largement blessé par l’offense des âmes consacrées qu’Il a si tendrement aimées :

«Que mes Ames choisies qui me traitent ainsi : voilà ma Douleur ! Toi que J’aime comme la prunelle de mes Yeux, cache-Moi bien dans ton cœur.  S’il est petit, peu importe !  Je l’élargirai.  Ce que Je veux c’est qu’il soit tout à Moi.  Console-Moi… Aime-Moi… Glorifie-Moi par mon Cœur… Répare par Lui et satisfais par Lui à la Justice Divine… Présente-Le à mon Père comme une Victime d’Amour pour les âmes…, et, d’une manière spéciale pour celles qui Me sont consacrées.  Vis avec Moi, Je vivrai avec toi.  Cache-toi en Moi, Je Me cacherai en toi.  Nous nous consolerons mutuellement car ta souffrance sera la Mienne et ma Souffrance, la tienne.»

A sœur Josefa, religieuse de l’Oeuvre du Sacré-Cœur, le 13 juillet 1923  (Extrait de “Un Appel à L’Amour” diffusion Téqui P 225)

Pour nous tous, un rappel de L’Eternel :

Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé.” « En voyant leur réaction, et comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise, Dieu renonça au châtiment dont il les avait menacés. »

Psaume 51/Jonas 3

Et Sa Bénédiction :

“Que le Seigneur te bénisse et te garde !
Que le Seigneur fasse rayonner sur toi son visage et t’accorde sa grâce !
Que le Seigneur porte sur toi son regard et te donne la paix !”

 
(Nombres 6,24-26)

Cher pèlerin, merci de ta visite !


Fraternité Dieu Miséricorde
pro Deo cum misericordia
Facebooktwittergoogle_plusmailby feather