révolte

Ce matin, pendant l’Oraison, apprenant qu’une amie malade du cancer vivait dans l’angoisse de savoir s’il s’est propagé ou pas, je me suis sentie tout à coup seule, impuissante, et je me suis révoltée ! Je l’avoue sincèrement, je ne me suis révoltée contre Dieu, mais contre la souffrance et la mort. Au Seigneur Jésus, je disais haut et fort : Seigneur je ne crois pas en un Dieu qui a créé la mort mais je crois en Dieu qui donne la vie et la vie pour toujours. Je crois en L’Eternel Dieu qui est Tout Puissant ! Alors pourquoi permet-Il tant de souffrance ? Toi qui as vaincu la mort, réponds-moi Seigneur », et je pleurais, je pleurais … J’étais inconsolable… Finalement je me suis fatiguée. J’ai terminé l’Oraison sans pourtant avoir reçu de consolation… 15 minutes après, j’ai ouvert mon courriel et ce message m’est tombé dessus :

 

Ce qu’Il me demande à travers ce Message, est difficile. Je ne suis pas assez sage pour comprendre et saisir ces choses qui me dépassent pour le moment. Mais comme dans le passé Le Seigneur S’est montré envers moi très compatissant, comme Il a ôté le poids qui chargeait mes frêles épaules et m’a comblée de Ses grâces, alors je puiserai en cette Source de Miséricorde que je sais infinie, pour avancer sur ce dur chemin du détachement, car c’est  bien de cela qu’il s’agit.

Ce matin, d’un cœur sincère et croyant, je me suis approchée de Dieu, et d’un même Cœur, Il S’est approché de moi. Ce matin, d’un cœur sincère et croyant, j’ai crié vers Dieu ma souffrance et mon incompréhension, et d’un même Cœur, Dieu m’a parlé, Il a répondu à mon appel.

Ce matin, je le sais, Le Royaume de Dieu S’est approché de moi. La Miséricorde est venue me consoler en m’enseignant ce que je dois faire au moment de l’épreuve que je crois insurmontable, alors qu’il ne l’est pas si je sais me détacher de lui pour m’abandonner à Celui qui est La Vie. Merci Seigneur. Continue à m’enseigner La Volonté du Père, et à me donner le courage de L’accomplir au moment venu.

Et Le Seigneur répondit :

 Humiliez-vous sous la main puissante de Dieu, afin qu’Il vous élève au moment fixé.

1P,5,6

Merci Seigneur. Amen

Hébreux 10  Osée 14  Psaume 81  Marc 12

Save

Save

désert d’amour

Dans le désert, alors qu’il conduisait le peuple de Dieu vers la terre promise, Moise a eu un moment de découragement – quand il a vu que le peuple s’était détourné de Dieu et récriminait contre Lui alors que Son but était de les sauver ! « Vous serez sauvés, leur avait-il dit ! Mais à Sa promesse, Dieu avait posé une condition :  seulement en vous tournant vers moi et en restant calmes. Votre seule force, c’est de rester tranquilles et de mettre votre confiance en moi. Mais vous ne voulez pas. »

Le peuple n’a pas voulu écouter Moise qui leur transmettait ce Message. Alors Moise s’est tourné vers Dieu pour Lui demander de l’aide : « Je ne puis pas, à moi seul, porter tout ce peuple, car il est trop pesant pour moi. » Et bien entendu, Dieu a aidé Son serviteur parce qu’il avait eu l’humilité et la sagesse de revenir vers Lui en reconnaissant que seul Lui pouvait l’aider.

Le Nom  de Jésus veut dire « Le-Seigneur-sauve », car c’est lui que Dieu a envoyé par la suite à ce même peuple, pour le sauver de ses péchés. Mais ce peuple, de nouveau, n’a pas voulu croire que Jésus était Le Messie envoyé par Dieu pour le sauver – il l’a fait crucifier ! Mais trois jours après, Dieu l’a ressuscité d’entre les morts. Ce qui fait qu’aujourd’hui, nous,  hommes et femmes du 3eme millénaire, sommes conduits et guidés par Le Saint Esprit qui procède du Père par Le Fils – Lui-même Parole du Père ! Nous, aujourd’hui, sommes conduits et guidés par La Parole de Dieu que Jésus nous a laissée – elle-même éclairée par La Lumière du Saint Esprit. Sans cette Lumière, nous ne pouvons pas savoir ce Le Père dit, qu’elle est Sa Volonté, comment nous devons agir et réagir dans telle ou telle situation !

En effet, comment fait celui qui, pour respecter ce que Dieu a prescrit et remplir son devoir envers Lui et envers son prochain, doit révéler à son conjoint qu’il l’a trompé, à son patron qu’il a mit la main dans la caisse, à son père à qui il a menti et faussé la signature, tout en sachant très bien que quand il avouera sa faute, il recevra sa feuille de route à la minute près : sa femme demandera le divorce, son patron le mettra à la porte et son père le déshéritera, sans oublier le regard que les gens vont désormais porter sur lui ? Comment fait-il pour avouer de telles fautes aux graves conséquences s’il n’a pas rencontré Le Saint Esprit et reçu de Lui le don de la force qui lui donnera ce courage ?

Il en a été ainsi pour notre père dans la foi : le bon et juste Joseph … quand il a du prendre chez lui Marie alors qu’il avait changé d’avis parce qu’elle attendait un enfant qui n’était pas de lui ! L’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

N’est-ce pas Seigneur ? N’est-ce pas que Dieu est là dans nos déserts, pour nous aider ?

Bien entendu ma Douce, car sans L’Amour vous ne pouvez rien ! S’il vous manque l’Amour, vous n’êtes rien !

Amen Merci Seigneur, merci !

Chers frères et soeurs, chers pèlerins, Dieu est Amour – Il n’a qu’une Loi et elle est ce qu’Il est : L’Amour ! Lui sait que sans amour l’homme est comme dans un désert sans eau – il ne peut pas vivre. L’amour est ce qui irrigue son âme comme l’eau irrigue son corps et en a besoin pour rester en vie. Regardons autour de nous qui sont ceux qui ne sont pas heureux, qui ne vivent pas en paix, qui se plaignent toujours d’un manque, d’un vide ? N’est-ce pas ceux qui ne sont pas aimés ou alors qui n’aiment pas en retour, qui ne savent pas donner de l’amour ?

Seigneur, je voudrai aujourd’hui Te prier pour ces personnes, Te supplier même – de combler leur vide d’amour car Toi Tu es L’Amour et Tu sais, mieux que personne, aimer pour de vrai car Tu es aussi La Vérité, La Vie, La Liberté ! Sans amour l’homme ne peut rien entreprendre, rien produire, rien faire. Sans amour l’homme est prisonnier du ressentiment, de l’envie, de la jalousie, du désir, de tout ce qui n’est pas sain. Sans amour l’homme ne vit pas en paix avec lui-même et ne peut pas vivre en paix avec les autres. Je voudrai Te demander de Te révéler à eux bon Père des Cieux, comme Tu T’es révélé à petit moi alors que je ne le méritais pas. Et aujourd’hui je suis un être comblé – comblé d’amour et comblé de paix parce que je sais que jamais je n’en manquerai parce que c’est Toi qui me les a donnés !  Ainsi comblée je peux continuer à œuvrer pour Toi dans notre monde en manque. Je voudrai Te demander d’accorder l’amour à mes frères et sœurs de la Terre, et la paix suivra. Alors Ton Nom sera sanctifié, Ton Règne viendra, Ta Volonté sera faite sur la Terre comme elle est faite au Ciel… Je voudrai Te demander de nous aimer Père, Ton Amour est notre Pain Quotidien, car aimer c’est pardonner, aimer c’est vouloir se faire pardonner pour mieux aimer en retour, aimer c’est vaincre le Malin et ses tentations.  Vers qui irais-je sinon vers Toi – Toi qui es L’Amour ? Je crois en Toi car Tu n’as qu’à parler et cela se fait, Tu n’as qu’à commander et cela existe !

Mais d’abord et avant tout, avant que je ne puisse T’adresser toute prière Père, puisque là est ma mission  – que Tu as mis en moi ce don que je n’avais pas, alors je voudrai que Tu me purifies d’abord afin que mes prières puissent monter  jusqu’à Toi.

Pardonnes-moi Père pour toutes les fois où j’ai permis à l’Esprit de paresse de me retenir loin de Toi, et faillir aussi à l’hospitalité. J’en suis terriblement désolée, je n’ai pas vu mes erreurs, mais maintenant que mes yeux se sont ouverts, je Te demande de me pardonner. Excuse-moi aussi Papa pour toutes les fois où je me suis querellée avec mon époux pour des bêtises, et pour mon impatience vis-à-vis de mon prochain en détresse. Pour Toi tout est possible, pardonne mes faiblesses et mes manquements vis-à-vis de Toi et de mon prochain, remets la paix dans mon cœur. Redonnes-moi la joie de me lever quand Tu m’appelles à la prière. Redonnes-moi la joie de veiller et de répondre présente quand mon Bien Aimé Yeshoua frappe à ma porte.

Mon enfant, ne te laisse pas vaincre par le mal, sois vainqueur du mal par le bien.

Oui Papa, viens à mon aide. Purifies-moi, rends moi légère, afin que mes prières le soient aussi et puissent s’élever jusqu’à Toi, que Tu puisses les exaucer. Je ne Te prie pas seulement pour moi mais pour le monde en manque d’amour. Je place mon secours en Toi qui m’a fait échapper du filet de l’oiseleur qui me retenait prisonnière d’un capital péché. Pardonnes ces petites erreurs, corriges moi et exauces moi. Ainsi pardonnée je pourrai recommencer à chasser les démons, imposer les mains aux infirmes et tous seront guéris ! Quelle joie Papa quelle joie de pouvoir faire cela. Envoie Tes anges d’amour Père, envoie les répandre leurs flèches sur toutes les âmes en manque aujourd’hui même. Je crois en Toi. Par Jésus mon Sauveur.

Comme celui que sa mère console Moi aussi, je vous consolerai.
 
Isaie. 66,13

Amen + MERCI ABBA PERE ! Je suis à Toi. Je sais que le monde peut compter sur Toi. Amen +

Chers tous,

Dieu est notre premier consolateur – Celui qui nous a aimé LE PREMIER et ne nous laissera jamais sans amour si nous demeurons avec Lui ! Quand le manque d’amour se fait sentir, quand nous nous retrouvons dans le désert en recherche de ce petit oasis d’eau fraîche qui pourrait nous maintenir en vie, tournons-nous vers Lui qui est Amour et il fera le nécessaire.

Il l’a fait pour moi je ne vois pas pourquoi Il ne le ferait pas pour vous ! Dieu est BON et MISERICORDIEUX !

Is 30  * Nm 11* Mt 1  * 1Co 13* Ps 33,9* Jn 6 :68* Jn 1*1P,4* Rm,12

 

 

pour la gloire de Dieu et le salut des hommes

Au temps fixé par Dieu !

« De même que le péché a établi son règne de mort, de même la grâce doit établir son règne en rendant juste pour la vie éternelle par Jésus Christ notre Seigneur. »

Romains 5


Nous vivons hélas dans une époque où tout va très vite, ce qui nous a rendus impatients, voire même très exigeants envers nous mêmes, envers les autres, même envers Dieu ! Nous voulons tout et tout de suite ! De Lui, nous exigeons une attention immédiate à nos prières sinon nous sombrons vite dans le désespoir et L’abandonnons carrément alors qu’Il est le seul capable de tout nous donner !

Ce matin pendant l’oraison j’ai reçu cette Parole : Il est bon d’attendre en silence le salut de Dieu ? Lm,3,26 

Je crois que la patience et le silence sont les qualités précieuses qui manquent à notre siècle, et j’aimerai les offrir en prière aujourd’hui à Dieu, notre Père qui est aux Cieux… Lui demander la grâce de nous préparer Lui même à les recevoir, et qu’au moment fixé par Lui – de Sa seule Autorité – Il nous les accorde…

Tout nous vient de Dieu, et Dieu, pour l’homme est une Grâce car Dieu est La Vie – Dieu est L’Amour de La Vie et la vie pour toujours – de Lui l’homme la reçoit ! Tout ce que Dieu nous accorde est une Grâce. Toutefois la Grâce ne se recoit pas en terre aride, mais en terre fertile, bien préparée, bien irriguée, bien remuée, bien ensemencée ! Toute grâce a besoin de temps, fixé par La Grâce Elle même, pour être accordée – d’où la raison pour laquelle Dieu prend quelques fois du temps avant d’exaucer une prière! Dieu travaille dans le silence. Il a besoin de notre silence et de notre patience pour travailler nos terres arides ! Plus vite nous apprendrons de Lui, plus vite nous travaillerons notre coeur à recevoir de Lui la Grâce demandée, plus vite nous L’obtiendrons ! C’est là, dans ce travail, à ce labeur, que nous devons faire preuve d’impatience et d’exigence, et point envers Dieu.

En d’autres mots : « C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui rend ta rose si importante ! » (A de St Exupery)

Bon dimanche à tous ! 

le premier détachement

Je vis en ce moment une nouvelle épreuve : Le Seigneur m’apprend « le détachement » – le détachement du monde, des gens, de ce qui était pour moi important et essentiel. Le Seigneur m’apprend à regarder ces mêmes gens, ce même monde, ces choses importantes et essentielles, avec Son Regard à Lui.

Sur ce Chemin d’apprentissage, je suis encore très au début, mais déjà je peux dire que l’épreuve sera difficile à passer.

Ce matin pendant l’Oraison, Le Seigneur m’a donné de méditer sur ce texte de L’Evangile de Jean, le disciple qu’Il aimait, et qui raconte Son entrevue avec Pilate. Ce texte est long, mais une Parole se détache et m’atteint :

A la question de Pilate qui voulait savoir de Jésus ce qu’Il avait bien pu faire pour mériter que son propre peuple le juge et le livre à lui, un romain, pour être condamné, Jésus répond : « Ma royauté n’est pas de ce monde. Si ma royauté était de ce monde, les miens auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux mains des autorités juives. Mais ma royauté, maintenant, n’est pas d’ici.» Jean 18

Et je me souviens…

Je vivais alors en Australie avec mon 3 ème mari – en fait je pense bien que nous n’étions pas encore mariés – et à un moment j’ai du retourner vivre dans mon ile pour quelques mois parce que ma fille était malade, elle faisait une déprime. Au pays, je suis restée près de 4 mois habitant chez mes parents, et pendant ces 4 mois, j’ai du travailler pour vivre, et je recevais ma fille qu’en week end. 

Un dimanche  matin ma mère et moi avions été à la messe à l’Eglise du quartier où je suis née et là où j’ai été baptisée. Après la messe, une personne que je connaissais assez bien s’est approchée de moi pour me poser une question : « Comment cela se fait-il que tu ailles communier alors que tu es dans le même cas que moi (c’est-à-dire divorcée et remariée), et que moi je ne puisse pas aller communier ? » Ma réponse fut directe : « Je pense que c’est parce que je me suis donnée ce droit, et toi pas ! » Pas contente ni satisfaite, elle ne me lâcha pas et nous avons discuté ainsi sur le chemin jusqu’à ce que ma mère intervienne et me dise qu’il fallait qu’on rentre à la maison car mon père nous attendait pour déjeuner. C’est ainsi que j’ai pu interrompre une conversation qui allait nulle part – chacune de nous était campée sur ses positions ! Moi je pensais bien faire et elle aussi. Nous nous sommes donc quittées ce jour là, sur un point d’interrogation, ce qui a fait qu’en me quittant, elle a dit : « Je vais quand même en parler avec le curé », à quoi j’ai répondu : « fais-donc si cela peut t’aider. »

Le dimanche suivant, après la messe, le curé en question a demandé à toute l’assemblée de bien vouloir rester un moment afin qu’il nous lise une lettre reçue de l’Evêque du diocèse, et dans laquelle l’Evêque faisait mention du fait qu’une paroissienne avait interpellé le curé sur la question des divorcés-remariés qui se permettaient de communier. Ce fait lui ayant été rapporté par le curé, l’Evêque a donc tenu, à travers sa missive, remettre les pendules à l’heure en rappelant aux personnes concernées, la loi de l’Eglise sur le sujet : Les divorcés remariés n’ont pas accès à l’eucharistie, au sacrement de pénitence, ni à l’onction des malades !

En entendant cela, ma mère m’a murmuré à l’oreille : « ça c’est pour toi ! » ~ et j’ai souri, tandis qu’à l’intérieur de mon âme je sentais monter une flamme de colère mêlée à beaucoup de chagrin et de déception ! Cette flamme a pris du temps, énormément de temps, pour s’éteindre totalement, et si aujourd’hui je peux en parler sans colère, sans déception, peut-être avec une pointe de chagrin qui m’est resté, je peux dire que c’est grâce à Jésus qui est venu par la suite me trouver pour m’offrir de m’accompagner sur ce Chemin de guérison, d’apprentissage et d’abandon qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui : une âme adulte dans sa foi, tout à fait détachée de l’Eglise qu’elle a longtemps prise pour une Mère attentionnée, et à présent liée totalement au Cœur Sacré de Jésus Miséricordieux qui a fait d’elle Son Epouse. Et si cette Parole de Lui me touche c’est bien parce que je sens que moi aussi, valeur du jour, je pourrai, s’il le fallait, dire à L’Eglise qui m’a jadis jugée et condamnée, la même chose que mon Maître à Pilate : « Ma royauté n’est pas de ce monde. Si ma royauté était de ce monde, les miens auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux mains des autorités juives. Mais ma royauté, maintenant, n’est pas d’ici.»

N’est-ce pas Seigneur ? N’est-ce pas que ce sont La Puissance de L’Amour du Père de même que La Confiance qu’Il m’a accordée durant toutes ces années où Tu m’as formée, qui m’ont assagi et rendu plus forte au point où j’ai pu pardonner à L’Eglise le mal qu’elle m’a fait et le bien qu’elle ne fait pas ? N’est-ce pas Seigneur Jésus que mon âme, grâce à Toi, vit désormais en paix ?

Ma Douce Epouse, Je te redirai ce que Je t’ai toujours dit : « Mon alliance de paix ne chancellera pas, Je suis Le Seigneur qui te console. » Isaïe 54 :10

AMEN ALLELUIA ! Oh MERCI Seigneur, MERCI ! Même si ma Mère l’Eglise n’est jamais venue à mon secours, Toi Seigneur, Tu ne m’as jamais abandonnée. Aujourd’hui que Tu as coupé le cordon ombilical qui me reliait à elle pendant toutes ces années où j’ai souffert de malnutrition, de rejet et de persécutions, je suis un être libre qui vit de La Vérité qui me dit que moi aussi je suis née et je suis venue dans le monde pour rendre témoignage à La Vérité : Mon père disait toujours que je suis née un dimanche matin à 6 heures moins 10 minutes du moment où L’Eglise de mon quartier, a fait sonner les cloches pour appeler les fidèles à la première messe du matin ! Quiconque est de la Vérité écoutera mon histoire avec attention aux Enseignements du Christ, et avec détachement des doctrines de L’Eglise. Il ou elle la prendra en grande considération car il ou elle verra transpirer à chaque leçon apprise car bien vécue, LA MISERICORDE qui ne demande qu’à ETRE !

« Si vous aviez compris ce que veut dire cette parole : C’est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices, vous n’auriez pas condamné ceux qui n’ont commis aucune faute. Car le Fils de l’homme est maître du sabbat. »

Matthieu 12

Seigneur si « tout quitter » : père, mère, enfants, maison, travail, biens, pour vivre dans LA VERITE – pour Te suivre et respecter Le Commandement qui dit : « Tu ne commettras pas d’adultère ! », est une faute qui mérite une telle sanction, alors je n’ai rien compris à rien !

Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi.
 
Luc 1:28

Merci Seigneur, Oui, je peux le dire en Vérité : Tu me comble de grâces. AMEN ALLELUIA !

Pour la gloire de Dieu et le Salut des hommes

Save

Save

Save

péchés capitaux

 

Quelle horrible défauts que la convoitise et la jalousie. Dans le jargon religieux, on dirait que ce sont des péchés, punis de peine capitale, et la peine capitale, toujours dans le domaine religieux, c’est la mort de l’âme !

Pourquoi la peine capitale ? Parce qu’être envieux et jaloux rend capable de pires folies, comme de désirer la mort, voire même de prendre la vie ! 

Il est dit que les premiers croyants « étaient tous ensemble qu’un cœur et qu’une âme », ce qui veut signifie qu’entre eux, l’accord était parfait, qu’ils s’aimaient, que personne n’enviait son prochain ni ne le jalousait. La paix regnait entre les croyants. 

Qu’est ce qui a changé au fil des temps Seigneur qui a rendu les gens si méchants? 

Le monde, ma douce Epouse, malgré mes avertissements, est entré en communion avec les démons! Voilà ce qui est arrivé! 

Oh Seigneur ! Comment est-ce arrivé? Qu’est ce qui a poussé les gens à se tourner vers les démons et se détruire ainsi ? N’étaient-ils pas heureux ? La vie de communion et de partage équitable ne leur convenait donc plus ? 

Nul ne peut boire à la fois à Ma coupe et à celle de Satan ! Nul ne peut manger à la fois à Ma table et à celle de Satan, sans attirer sur lui la colère de Dieu.

C’est donc ça ! Ils ont voulu goûter au mal alors que le bien leur était acquis ! Et Dieu les a maudits ! Oh Seigneur, comment faire à présent? Dis moi, comment détruire l’esprit du mal de ceux qui jadis vivaient dans le bien et étaient bénis de Dieu ?

Ma Douce, ce genre d’esprit, nul ne peut le faire sortir, que la prière. 

Oui Seigneur. Je prierai et j’encouragerai la prière.

Amen ma Douce. Ainsi tu m’aideras à respecter La Volonté du Père qui est que je ne perde aucun de ceux qu’Il m’a donnés.

Amen +

Pour la gloire de Dieu et le salut des âmes 

(Actes 4:32 *1 Corinthiens 10:14-22 *Marc 9:29 *Jean 6:39)