A la recherche de Jésus 

 

“Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau.” (Jn 6)


On aurait pu croire qu’une fois remplis, une fois “rassasiés” selon le terme qu’emploi Jean en cet Évangile, une fois que le peuple, ayant trouvé ce qu’il cherchait, serait satisfait et serait rentré chez lui. Mais non, il cherchait toujours Jésus, parce qu’Il les avait nourris d’une telle manière que même remplis, ils voulaient encore, encore et encore de cette nourriture. En effet, le Pain que Jésus donne n’est pas fabriqué par main d’homme. Ce Pain n’est pas fait de farine et d’eau, mais de chair et de sang de l’Agneau qui se donne ! Ce pain qui rassasie et dont le peuple ne se lasse pas de recevoir, c’est Jésus Lui même qui Se livre Corps et Esprit à ceux qui se rassemblent en Son Nom et se livrent eux aussi à Lui dans un abandon total de corps et d’esprit : “Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux.” (Mt 18)

Seigneur je crois en cette Parole qui est Vérité car non seulement elle vient de Toi qui es La Vérité mais aussi parce qu’elle a éclairée le choix que j’ai du faire de m’éloigner de l’Église de mon baptême ! Au milieu d’elle hélas, je ne ressens pas Ta Présence Seigneur, Toi Le Miséricordieux. Je suis tellement désolée mais c’est au dessus de mes forces de revenir à elle comme elle est actuellement, car elle ne travaille pas pour toi Seigneur mais pour elle même. Si vraiment elle travaillait pour toi elle aurait fait ce que tu demandes : 

« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et vous recevrez : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous. » (Luc 6, 36-38)

Prend pitié d’elle Seigneur, prend pitié de ses dirigeants de même que ses fidèles. Ramenes les à toi, que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. Qu’ensemble ils puissent enfin travailler non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle : Toi Seigneur Jésus, Toi et Ton Enseignement d’amour, de miséricorde et de vérité! Seigneur prend pitié. 

Et Jésus, à cet instant, entendit ma prière et me dit : 

« Effata ! » c’est-à-dire « ouvre-toi ! » (Mc 7, 33)

Et la conversation s’engagea :

• Oui Seigneur, ouvre toi même mes oreilles, que ma langue se délie et que je puisse parler correctement à ceux qui doivent entendre ce que tu as à dire à travers moi ! Ou alors vas tu me demander à moi aussi de me taire, de ne rien dire à personne parce que l’heure n’est pas encore venue pour le peuple d’entendre la Vérité que tu proclames depuis tant d’années ?

• Ma douce Epouse, tu le sais l’Heure est arrivée et c’est maintenant. Ce qui doit être dévoilé par l’homme sera révélé par l’Esprit Toutefois, il y a encore une chose que tu dois faire totalement avant que le Père ne te lance. Il y a une Parole que tu dois encore accomplir…

• Parle Seigneur, Ton serviteur écoute ! 

“Si vous avez quelque chose contre quelqu’un, remettez-lui afin que votre Père vous remette aussi vos offenses.” (Mc.11,25) 

• Tu as raison Seigneur ! Ces grands de l’Église m’accusent, moi ta servante, mais tu me donnes de méditer sur tes ordres, et je trouve mon plaisir en tes exigences : ce sont elles qui me conseillent. Je t’ai énuméré mes requêtes et tu m’as répondu ; tu m’apprends tes commandements, tu me montres la voie de tes préceptes, que je médite sur tes merveilles. Continues Seigneur à me détourner de la voie de l’Ennemi, le prince du mensonge. Continues à me faire la grâce de ta loi. J’ai choisi celle de la fidélité, je m’ajusterai donc à tes décisions : malgré le fait qu’elle ne m’aie jamais demandé pardon, je pardonne à l’Eglise pour l’offense qu’elle me fait en n’agissant pas comme tu lui demandes, parce que toi tu me le demandes. Après tout, je n’oublie pas qu’elle est ma mère et que c’est à travers elle que je t’ai rencontré ! Toutefois, Seigneur, est ce à dire que je dois la fréquenter? 

• Ma douce, tu le sais : Si quelqu’un vient à Moi sans Me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants,… et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. (Lc,14,26) 

• Merci Seigneur Merci ! Message reçu 5 sur 5. Amen Alléluia! 

J’ai mis Mes paroles en ta bouche, à l’ombre de Ma main, Je t’ai caché. (Is.51:16) Alors a présent va les partager comme tu les a reçues. Je reste avec toi.

Amen +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.