allées et venues

Seigneur donne moi un coeur qui écoute et qui comprend. Par charité, accorde moi Ton Esprit. Viens Esprit Saint, remplir ce moment de Ta Présence, de Ta Lumière. N’ôte pas de ma bouche la Parole de Vérité, car j’espère dire La Volonté du Père révélée par Le Fils Jésus-Christ mon Seigneur. Amen †

Le lundi de la 4e semaine de Pâques

LECTURES DU JOUR

Livre des Actes des Apôtres 11,1-18.

“En ces jours-là, les Apôtres et les frères qui étaient en Judée avaient appris que les nations, elles aussi, avaient reçu la parole de Dieu. Lorsque Pierre fut de retour à Jérusalem, ceux qui étaient juifs d’origine le prirent à partie, en disant : « Tu es entré chez des hommes qui ne sont pas circoncis, et tu as mangé avec eux ! » Alors Pierre reprit l’affaire depuis le commencement et leur exposa tout dans l’ordre, en disant : « J’étais dans la ville de Jaffa, en train de prier, et voici la vision que j’ai eue dans une extase : c’était un objet qui descendait. On aurait dit une grande toile tenue aux quatre coins ; venant du ciel, elle se posa près de moi. Fixant les yeux sur elle, je l’examinai et je vis les quadrupèdes de la terre, les bêtes sauvages, les reptiles et les oiseaux du ciel. J’entendis une voix qui me disait : “Debout, Pierre, offre-les en sacrifice, et mange !” Je répondis : “Certainement pas, Seigneur ! Jamais aucun aliment interdit ou impur n’est entré dans ma bouche.” Une deuxième fois, du haut du ciel la voix répondit : “Ce que Dieu a déclaré pur, toi, ne le déclare pas interdit.” Cela se produisit par trois fois, puis tout fut remonté au ciel. Et voici qu’à l’instant même, devant la maison où j’étais, survinrent trois hommes qui m’étaient envoyés de Césarée. L’Esprit me dit d’aller avec eux sans hésiter. Les six frères qui sont ici m’ont accompagné, et nous sommes entrés chez le centurion Corneille. Il nous raconta comment il avait vu l’ange se tenir dans sa maison et dire : “Envoie quelqu’un à Jaffa pour chercher Simon surnommé Pierre. Celui-ci t’adressera des paroles par lesquelles tu seras sauvé, toi et toute ta maison.” Au moment où je prenais la parole, l’Esprit Saint descendit sur ceux qui étaient là, comme il était descendu sur nous au commencement. Alors je me suis rappelé la parole que le Seigneur avait dite : “Jean a baptisé avec l’eau, mais vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés.” Et si Dieu leur a fait le même don qu’à nous, parce qu’ils ont cru au Seigneur Jésus Christ, qui étais-je, moi, pour empêcher l’action de Dieu ? » En entendant ces paroles, ils se calmèrent et ils rendirent gloire à Dieu, en disant : « Ainsi donc, même aux nations, Dieu a donné la conversion qui fait entrer dans la vie ! »”†

Psaume 42(41),2.3.43(42),3.4

“Comme un cerf altéré cherche l’eau vive,
ainsi mon âme te cherche toi, mon Dieu. Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant ; quand pourrai-je m’avancer, paraître face à Dieu ? Envoie ta lumière et ta vérité : qu’elles guident mes pas et me conduisent à ta montagne sainte, jusqu’en ta demeure. J’avancerai jusqu’à l’autel de Dieu, vers Dieu qui est toute ma joie ; je te rendrai grâce avec ma harpe, Dieu, mon Dieu !”†

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 10,1-10

En ce temps-là, Jésus déclara : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui entre dans l’enclos des brebis sans passer par la porte, mais qui escalade par un autre endroit, celui-là est un voleur et un bandit. Celui qui entre par la porte, c’est le pasteur, le berger des brebis. Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix. Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir. Quand il a poussé dehors toutes les siennes, il marche à leur tête, et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix. Jamais elles ne suivront un étranger, mais elles s’enfuiront loin de lui, car elles ne connaissent pas la voix des étrangers. » Jésus employa cette image pour s’adresser à eux, mais eux ne comprirent pas de quoi il leur parlait. C’est pourquoi Jésus reprit la parole : « Amen, amen, je vous le dis : Moi, je suis la porte des brebis. Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des bandits ; mais les brebis ne les ont pas écoutés. Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage. Le voleur ne vient que pour voler, égorger, faire périr. Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance. »†


† ““Ce que Dieu a déclaré pur, toi, ne le déclare pas interdit.””†”Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant. Envoie ta lumière et ta vérité : qu’elles guident mes pas et me conduisent à ta montagne sainte, jusqu’en ta demeure”†”Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage.”†

 

Méditation

allées et venues! 

Si c’est en Jésus-Christ et par Jésus-Christ que Dieu t’a réconcilié à Lui en te pardonnant tes péchés, alors tu es purifié et libre – “vraiment libre” ! Personne n’a de droit sur toi. Personne ne peut t’interdire d’aller et venir dans la Maison de Dieu comme tu le veux et quand tu le veux, manger et boire en abondance et au même titre que tes soeurs et frères. Parce que Dieu a dit :

““Ce que Dieu a déclaré pur, toi, ne le déclare pas interdit.”

Que cette Promesse t’accompagne là où tu vas ma soeur, mon frère ! Qu’elle soit ton passe-partout là où Il t’envoie.

N’est-ce pas Abba Père ?

Alors du Haut du Ciel une Voix se fit entendre et dit :

« J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple, et j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants. Oui, je connais ses souffrances. Je suis descendu pour le délivrer et le faire monter de ce pays vers un beau et vaste pays, vers un pays, ruisselant de lait et de miel. Maintenant donc, va ! Je t’envoie : tu feras sortir mon peuple » *Alléluia †

Oh Seigneur !

Tu es encore là Mon petit ? Toi qui voles plus vite que l’éclair dès qu’on te libère ? Pourquoi ? Tu t’es brisé une aile ou quoi ? Approches toi un peu de Moi là – que Je te vois… Mmmm… en effet tu as une aile un peu tordue, mais cela ne peut t’empêcher de voler !  Alors va faire ce que tu dois  !

Oh Seigneur j’aimerai bien crois moi Je t’en prie. Mais … je ne peux … J’ai déjà essayé de parler à l’ancien de ce peuple qui retient Tes enfants par un misérable interdit. Oui en plusieurs fois, dans le passé, j’ai essayé d’attirer son attention sur Ta Volonté : C’est la miséricorde que Je veux et non vos sacrifices”; même que ma dernière missive – le beau témoignage de notre libération par Ta Main – est demeurée sans même un accusé de réception de sa part; et pourtant, elle fut déposée en mains propres – c’est ce qui m’avait été assuré ! A présent va savoir …

Que dois-je savoir Mon petit ? Ne sais-tu pas que Je sais tout ? Ne penses-tu pas que si Je t’ai, une fois encore, demandé d’aller trouver l’ancien pour lui dire de Ma part de vous libérer tous, que c’est justement parce que Je sais que rien, ou pas grand chose, n’a été fait depuis et jusqu’à présent ? Mais ne crains rien, Je suis avec toi comme J’ai été avec Mon serviteur d’avant.

Père, je Te remercie de tout mon coeur pour Ton soutien. Je ferai comme Tu me l’as commandé. Je passerai Ton message à qui de droit. Si Tu pouvais simplement me faire avoir son adresse email pour que je lui fasse parvenir une missive, car comme Tu sais avec la pandémie qui sévit je suis ici confinée … Je dois le faire par écrit

Alors du Haut du Ciel La Voix se fit entendre à nouveau et déclara :

Prête l’oreille, arrête-toi et considère les merveilles de Dieu. * Et enlève moi cette tristesse de tes yeux.  Je sais que tu regrettes de n’avoir pas été assez persuasive la dernière fois que l’ancien était à deux pas de Toi. Je sais que tu regrettes de n’avoir pas insisté auprès des autorités de te laisser passer pour que tu remettes toi-même ta missive. Tu sais ce que J’ai dis à ce sujet ?

Oui Père : “La tristesse selon Dieu produit un repentir qui conduit au salut et ne laisse pas place au regret. Celle du monde produit la mort”* Voilà ce que Tu as dit Père ! Mais, je n’en suis pas morte car la tristesse que Tu vois dans mes yeux c’est vers Toi qu’elle est dirgee. Je suis triste d’avoir failli à ma mission envers Toi Papa. Quand aurais-je une autre occasion que l’ancien passe à nouveau par ici afin que je puisse braver les obstacles et lui remettre Ta Volonté en mains propres ? Vois, je suis prête à me rendre à nouveau auprès de lui, cette fois en surmontant les obstacles. Cette fois je ne ferai pas confiance aux communs des mortels qui m’ont barrés la route la dernière fois… Je m’arrêterais devant eux et j’attendrai que Tu les écartes de mon chemin.

Et de nouveau La Voix se fit entendre et dit :

J’ai mis Mes paroles en ta bouche, à l’ombre de Ma main, Je t’ai cachée. Réveille-toi, réveille-toi, debout. Tu as bu de la main du Seigneur la coupe de sa fureur, tu as bu jusqu’à la lie la coupe du vertige ! Personne qui te guide, parmi les fils que tu as enfantés ; pas un qui te prenne la main, de tous les fils que tu as élevés! Personne pour te plaindre, ni te consoler. Tout cela Je le sais. Écoute alors ceci, malheureuse, ivre, mais pas de vin. Ainsi parle ton Maître, le Seigneur, ton Dieu, qui défend la cause de son peuple : Voici que je retire de ta main la coupe du vertige ; à la coupe de ma fureur, désormais tu ne boiras plus. Je la mettrai dans la main de ceux qui t’affligeaient et te disaient : « Courbe-toi, que nous passions!» Et tu faisais de ton dos comme un sol, comme une rue pour les passants ! Secoue ta poussière! Debout, ô captive ! Dénoue les liens de ton cou ! Car ainsi parle le Seigneur : Vous avez été vendus pour rien, c’est sans argent que vous serez rachetés ! Éveille-toi, éveille-toi, revêts-toi de force. « Me voici ! » Je suis avec toi ! Oh ! Comme ils sont beaux sur les montagnes, les pas de Mon messager, celui qui annonce la paix, qui porte la bonne nouvelle, qui annonce le salut, et vient dire : « Votre Dieu règne ! » Écoutez la voix des guetteurs : ils élèvent la voix, tous ensemble ils crient de joie car, de leurs propres yeux, ils voient le Seigneur qui revient. Éclatez en cris de joie, vous, anciens, car le Seigneur console son peuple, il le rachète ! Le Seigneur a montré la sainteté de son bras aux yeux de toutes les nations. Tous les lointains de la terre ont vu le salut de notre Dieu. Ce n’est pas en hâte que vous sortirez, vous n’irez pas comme des fuyards, car il marche devant vous, le Seigneur, et celui qui ferme la marche, c’est le Dieu ! Mon serviteur réussira, dit le Seigneur ; il montera, il s’élèvera, il sera exalté !* Ils regarderont Celui qu’ils ont transpercé.* Va petit coeur. Rien ne pourra te séparer de Mon Amour en Mon Fils Bien-aimé,  Le Christ. * Alléluia †

 

Je vole Seigneur, par Ta grâce Père, au profit de tous ceux qui souffrent encore de cet interdit. Alléluia Alléluia Alléluia† Merci de m’avoir écoutée Père. Tu es trop bon.

Alors du Haut du Ciel une Voix Se fit entendre et dit :

Va en paix et que le Seigneur t’accorde ce que tu lui as demandé.

1 Sagesse 1:17

*Exode 3*Job 37*Isaie 51,52*2 Corinthiens 7


M’aimes-tu plus que ceux-ci ?

Je T’aime Seigneur ma Joie ma Force ❤ Tu es Celui que mon coeur a cherché ❤ Tu es Celui qu’il a trouvé ❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.