Le Père m’a envoyé

Evangile de Jésus Christ selon Saint Jean 5,31-47

“En ce temps-là, Jésus disait aux Juifs : « Si c’est moi qui me rends témoignage, mon témoignage n’est pas vrai ; c’est un autre qui me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend est vrai. Vous avez envoyé une délégation auprès de Jean le Baptiste, et il a rendu témoignage à la vérité. Moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage, mais je parle ainsi pour que vous soyez sauvés. Jean était la lampe qui brûle et qui brille, et vous avez voulu vous réjouir un moment à sa lumière. Mais j’ai pour moi un témoignage plus grand que celui de Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir ; les œuvres mêmes que je fais témoignent que le Père m’a envoyé. » Et le Père qui m’a envoyé, lui, m’a rendu témoignage. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez jamais vu sa face, et vous ne laissez pas sa parole demeurer en vous, puisque vous ne croyez pas en celui que le Père a envoyé. Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez y trouver la vie éternelle ; or, ce sont les Écritures qui me rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! La gloire, je ne la reçois pas des hommes ; d’ailleurs je vous connais : vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu. Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, celui-là, vous le recevrez ! Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique ? Ne pensez pas que c’est moi qui vous accuserai devant le Père. Votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car c’est à mon sujet qu’il a écrit. Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? »


Méditation

Accueille les paroles de ma bouche, le murmure de mon cœur ; qu’ils parviennent devant Toi, Seigneur, mon rocher, mon défenseur !

"Le Père m’a envoyé."

Que dire de cet Evangile ? Quelle réflexion apporter ? Je le lis pour la nième fois et pour la nième fois mon coeur saigne pour Toi Seigneur.

Tes Paroles me parlent et me touchent au plus profond de mon être, et ma réflexion ce matin ne pourra être qu’un témoignage personnel, un cri de coeur … Car, comme Toi, moi aussi j’ai envie de m’exclamer : “Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, celui-là, vous le recevrez !”

Comme Toi, moi aussi j’ai envie de poser la même question : “Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique ?”

Oui Seigneur Tu as compris : je me trouve dans la même situation que Toi jadis – de devoir me défendre contre des accusations… Moi aussi j’aimerai que Tu me rendes témoignage comme Le Père T’a rendu témoignage. Que les oeuvres que j’ai accomplies jusqu’ici en Ton Nom, que toutes les propositions que j’ai offertes selon Ta Volonté , que tous les Messages de Papa que j’ai reçus et retransmis au monde dans l’obéissance et la fidélité, parlent en ma faveur ! Car Seigneur, Toi mieux que personne sais qu’en tout ce que je fais je ne recherche pas la gloire des hommes mais celle qui vient du Dieu unique.

Comme Toi, aujourd’hui j’ai envie de crier : “Mon Royaume n’est pas de ce monde, ni ma récompense !”

Le risque d’être mal vue, mal perçue, mal comprise, critiquée, voire même persécutée, faussement accusée en ce que je dis ou fais en Ton Nom, je l’ai pris, quand, allongée devant La Croix du mont Carmel, je me suis un beau jour consacrée à Toi et Tu m’as prise à Ton service. Depuis, tous les jours que Dieu me donne, je Le supplie de prendre pitié du monde entier par les mérites de Tes Saintes plaies et de Ta douloureuse passion. Ce n’est pas pour moi que je prie Seigneur, mais il arrive que, comme aujourd’hui, n’en pouvant plus, je Te demande de prendre pitié de moi parce que le fardeau est trop lourd …

Réjouis Toi Ma Fille ! Ne crains pas ! Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui, le héros qui apporte le salut et t’aide à porter cette croix qui ne restera pas sans récompense. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il exultera pour toi et se réjouira. Il M’a chargé de te dire tout ceci et cela encore : 

“J’ai écarté de toi le malheur, pour que tu ne subisses plus l’humiliation. Me voici à l’œuvre contre tous tes oppresseurs.” *

Amen + Merci Saint Esprit. De tout mon coeur, merci. Puis-je toutefois espérer qu’Il ne sera pas trop sévère envers eux ?

Pourquoi cette requête Mon enfant ? Tu sais bien que Je reprend ceux que J’aime comme un père son enfant !*

Oh Père, c’est Toi ? Tu es descendu ? Merci d’avoir pris cette peine… Je sais que je ne peux pas m’opposer à Ta Volonté. Toutefois ce sont autant Tes enfants que je suis Ta fille… En leur défense je dirai qu’ils ne savent pas ce qu’ils disent, ni ce qu’ils font. Jadis j’étais comme eux, et tu m’as pardonnée… Pardonne leur…

Hum ! Tu me refais là le coup de Moïse ! Quel grand intercesseur que celui-là ! Mais il n’y a pas plus grand que Mon Fils. Et Je vois que tu as été à Son école. Mmmmmm…. Si Je décide de renoncer à Ma colère, Je dis bien si, entendons-nous bien – ce sera uniquement parce que tu as été Son élève et que tu es devenue une bonne élève. A présent va ! Pas un mot de plus car Je pourrai changer d’avis ! Mais dis leur bien de Ma part : “Le Seigneur Dieu a parlé ! Il a dit : “Faites silence pour M’écouter. Cessez d’agir comme des chiffonniers, et de vous interpeller comme des gamins sur la place du marché. Vous n’êtes plus des étrangers, ni des émigrés : vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la famille de Dieu. Comportez vous comme tels ! “*

Oui Papa. Merci. Je ne finis pas d’apprendre moi aussi. Merci. Je vais de ce pas transmettre Ton Message.

Alors Jésus en personne s’approcha de moi, et murmura au coin de l’oreille de mon coeur. Et j’entendis ceci :

Petit coeur, Je sais que t’inquiètes de savoir s’ils t’écouteront. Mais sois sans crainte, ils écouteront, parce que Moi-même, Je ferai route avec eux. Chemin faisant Je leur expliquerai, et les yeux de leurs coeurs s’ouvriront. *Toi, va faire ce que tu dois. Je suis avec toi. Amen Alléluia +

Merci Seigneur Jésus +

Que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse !  Sur mon dos, des laboureurs ont labouré et creusé leurs sillons; mais le Seigneur, le juste, a brisé l’attelage, Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

—* Sophonie 3*Isaie 41*Matthieu 11+*Ephésiens 2*Luc 24

 

 

Je t’aime Seigneur, ma Joie, ma Force. C’est Toi que mon coeur a cherché. C’est Toi qu’il a trouvé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.