Je te veux dans Ma Maison

« Viens siéger au milieu de nous et expose-nous ta pensée, car Dieu t’a donné le privilège des anciens. » †(Daniel 13:50)

Le mardi de la 13e semaine du temps ordinaire

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 8,23-27.

En ce temps-là, comme Jésus montait dans la barque, ses disciples le suivirent. Et voici que la mer devint tellement agitée que la barque était recouverte par les vagues. Mais lui dormait. Les disciples s’approchèrent et le réveillèrent en disant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. » Mais il leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs, hommes de peu de foi ? » Alors, Jésus, debout, menaça les vents et la mer, et il se fit un grand calme. Les gens furent saisis d’étonnement et disaient : « Quel est donc celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? »


Seigneur donne moi un coeur qui écoute…

“« Pourquoi êtes-vous si craintifs, hommes de peu de foi ? »”

Ce matin, Maurice et moi nous nous sommes réveillés tard. Ni lui ni moi n’avons entendu sonner l’alarme – ce qui est impossible ! Et pourtant l’alarme avait bien sonné ! Ce qui fait que notre routine fut chamboulée – avant de lire l’Evangile du Jour, j’ai du lire les 18 messages qui attendaient. Trois d’entre eux annonçaient des nouvelles, et chacun, pour des raisons différentes, transpirait la PEUR, la CRAINTE, l’ANGOISSE ! Ils méritaient donc une réponse immédiate. Heureusement que deux autres messages me portaient cette Parole de l’Evangile du Jour :

“« Pourquoi êtes-vous si craintifs, hommes de peu de foi ? »”

Et je fus servie comme sur un plateau dorée – je n’ai même pas eu à prier Le Seigneur avant de répondre c’est ce que d’habitude je fais – c’était comme s’Il me disait :

“Voilà – tu pourras répondre en disant ce que J’ai dis aux miens !”

Et c’est ce que j’ai fais, sur le champ.

MERCI Seigneur ! Tu es un Dieu magnifique et si prévoyant ! Tu es le Dieu de l’impossible ! Comme dit le prophète dans la première Lecture du Jour :

“Tu ne fais rien sans en révéler le secret à Tes serviteurs” (Amos 3:7)

Merci mon Seigneur et mon Dieu. Que Ton Saint Esprit nous aide à bien discerner Ta Parole qui fera ce matin l’objet de notre réflexion puisque c’est Toi qui l’a voulue ainsi.

Qui ne connait pas la peur, la crainte, l’angoisse, ces grandes visiteuses qui viennent du monde des ténèbres – ennemies de l’Amour car alors que Lui libère, elles emprisonnent !?

Hier, j’ai du sortir un moment pour faire quelques courses et j’ai été choquée du piètre état des villes à travers lesquelles nous avons du traverser. J’avais même du mal à reconnaître certains endroits. Il est vrai que depuis la levée du confinement je suis peu sortie et je n’étais pas passée par là non plus.

A un parking où nous avions dû quitter notre voiture, l’employé de service qui a la charge de remettre les tiquets, a demandé à Maurice de bien vouloir s’adresser à lui en anglais, alors que les langue parlées dans notre île sont le kreol (patois) et le français !

Oui, hier j’avais à peine l’impression d’être dans mon pays. J’ai eu du mal à me repérer. Si bien que quand nous sommes rentrés à la maison, j’ai dis à Maurice que je n’y retournerai pas, préférant rester à la maison – m’asseoir à la chapelle pour prier et m’allonger dans le salon devant la télé pour me reposer, comme était ma routine pendant le confinement.

Dites vous que Le Seigneur m’a entendu et à ma remarque Il a répondu simplement :

“Ma Maison sera appelée Maison de prière pour tous les peuples.”

(Isaie 56:7)

Notre maison à Maurice et à moi, c’est La Maison du Seigneur. C’est Lui qui l’a consacrée ainsi quand Il nous a consacrés à Lui. Hier, je n’aurai pas dû en être sortie. Ma virée dans les villes ne m’a pas du tout servie – elle a bouleversé mon âme, je dois l’avouer. Elle m’a rendue craintive, angoissée même, alors qu’il y a 20 ans de cela Le Seigneur m’avait libérée de tout cela. Même que ce matin je me suis réveillée non seulement en retard mais avec des vertiges. Au moment où j’écris ces quelques lignes, je me sens comme dans les airs. Heureusement que ce n’est pas moi qui écris ni même qui réfléchis parce que j’en suis incapable aujourd’hui. Heureusement que c’est Le Saint Esprit. Et ce qu’Il me dit c’est que je ferai mieux à l’avenir de ne pas sortir mais de rester tranquillement à la maison là où Lui-même m’a mise en sécurité, en paix, pour prier pour le monde, puisque là est ma mission première, le voeu que je Lui ai fais quand Il m’a consacré à Lui : “Seigneur je veux habiter Ta Maison tous les jours de ma vie!”

Jamais je n’oublierai ce soir où j’ai lu et répéter cette Parole. C’était un soir de grande détresse, et elle m’a plue au point que j’y ai trouvé non seulement consolation et paix, mais pleine vocation, bonheur, raison de continuer à vivre…

Jadis le Seigneur a dit a une femme au bord d’un puits :

“Femme, l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer.”

J’ai la nette impression qu’Il est entrain de me dire la même chose ce matin, parce que c’est dans la prière et dans l’adoration que l’âme trouve sa paix, et peut être en esprit avec L’Esprit de Dieu, pour recevoir de Lui la force pour les jours d’épreuves quand elle doit alors Le glorifier. Car ce n’est pas quand tout va bien que l’âme doit glorifier Dieu, mais quand ca ne va plus – quand sa barque est envahie par les vagues.

Si la foi prend un coup dans l’épreuve, elle grandit dans l’épreuve, elle se révèle aussi dans l’épreuve. Croire en la présence de Dieu à nos côtés à chaque instant de notre vie, c’est ça glorifier Dieu.

Seigneur Tu sais que je suis une âme super sensible. C’est pourquoi, par pitié pour moi, Tu m’as mise au ministère de la prière et de l’adoration, dont le siège social se trouve dans cette petite pièce de ma maison où je me sens si bien : ma chapelle d’adoration, ce puits d’amour, ce temple saint d’où j’accède à Ton Coeur, à Ta Joie, à Ta Paix, où je me prosterne en y entrant et en y sortant, toujours saisie de respect. Fais que j’y reviennes, que j’y demeures, que j’y meurs…

Et Jésus répondit :

Joie pour les coeurs qui cherchent le Seigneur petit coeur de Mon Coeur ! Va, et que Je ne te reprennes plus à t’aventurer hors de Ma Maison, mais que Je te retrouves toujours entrain de bénir Le Saint Nom de Dieu ton Père des Cieux – Lui qui S’est penché sur toi, Lui qui t’a secourue et libérée des griffes de l’Ennemi, Lui qui t’a mise au large en sécurité dans Sa Maison d’où Tu recois Ses enfants, Lui qui S’est fait ton conseil, et même la nuit, instruit ton coeur.

Puis, gentiment, tendrement, avec une grande douceur, Il ajouta ceci :

“Le Seigneur reprend celui qu’Il aime, comme un père le fils qu’il chérit.”

Proverbes 3:12

♥Et je suis partie en souriant, le coeur volant en fête, priant l’Amen l’Alléluia † Pour la gloire de Dieu et le salut des Hommes,  âmes sensibles, entrez au couvent car vous n’êtes pas faites pour les villes ! En d’autres mots : “Cachez-vous dans Le Coeur de Dieu et n’en sortez plus.” Où croyez-vous que Jésus était quand la tempête faisait rage autour de Lui ? Han ! Li mem kone. Oui 😉 et aussi celui à qui Il a bien voulu le révéler – celui qui a bien voulu L’écouter ! 😘

 

Je t’aime Seigneur, ma Joie, ma Force. C’est Toi que mon coeur a cherché. C’est Toi qu’il a trouvé.❤


† Réflexion inspirée du Livre des Saintes Ecritures

 

*Psaumes 26, 5, 105, et 16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.