La Femme à la colombe

« Viens siéger au milieu de nous et expose-nous ta pensée, car Dieu t’a donné le privilège des anciens. » †(Daniel 13:50)


Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie

LECTURES DU JOUR

Livre de l’Apocalypse 11,19a.12,1-6a.10ab.

“Le sanctuaire de Dieu, qui est dans le ciel, s’ouvrit, et l’arche de son Alliance apparut dans le Sanctuaire. Un grand signe apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. Elle est enceinte, elle crie, dans les douleurs et la torture d’un enfantement. Un autre signe apparut dans le ciel : un grand dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes, et, sur chacune des sept têtes, un diadème. Sa queue, entraînant le tiers des étoiles du ciel, les précipita sur la terre. Le Dragon vint se poster devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance. Or, elle mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les conduisant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé jusqu’auprès de Dieu et de son Trône, et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place. Alors j’entendis dans le ciel une voix forte, qui proclamait : « Maintenant voici le salut, la puissance et le règne de notre Dieu, voici le pouvoir de son Christ ! »”

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 15,20-26.

“Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection des morts. En effet, de même que tous les hommes meurent en Adam, de même c’est dans le Christ que tous recevront la vie, mais chacun à son rang : en premier, le Christ, et ensuite, lors du retour du Christ, ceux qui lui appartiennent. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra le pouvoir royal à Dieu son Père, après avoir anéanti, parmi les êtres célestes, toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance. Car c’est lui qui doit régner jusqu’au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qui sera anéanti, c’est la mort,”

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,39-56

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. » Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.


Seigneur donne moi un coeur qui écoute et qui comprend.

“Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie”

Une Femme !

Elle mit au monde un fils, et s’enfuit au désert, où Dieu lui avait préparé une place. Désormais tous les âges lui diront bienheureuse, car Dieu, Le Puissant, Le Saint, s’est penché sur son humble servante et la rendit bienheureuse ! Pour elle, Il fit des merveilles, des merveilles d’amour. †

Un Fils !

Le Christ, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis, qui doit régner jusqu’au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qui sera anéanti, c’est la mort !†

Nous voici en Présence de trois illustres Personnages : Le Père, La Mère, Le Fils – tous trois responsables du Salut de toute L’Humanité, et d’une image pour illustrer : La Femme qui tient dans ses mains une colombe.

Pourquoi une colombe ?

“Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »  En ces jours-là, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain. Et aussitôt, en remontant de l’eau, il vit les cieux se déchirer et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe. Il y eut une voix venant des cieux : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »†

(Marc 3)

La Femme tenant dans ses mains L’Esprit Saint.

Pourquoi ?

“L’ange qui lui avait annoncé qu’elle serait enceinte. Il lui avait dit: Ne crains point, Marie; car tu as trouvé grâce devant Dieu. Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin. Alors Marie dit à l’ange: Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme? L’ange lui répondit: Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu.”

(Luc 1)

Une Femme tenant dans Sa main Le Saint Esprit, parce qu’entre eux, grâce à la puissance de Dieu, il y eut un jour une belle et unique histoire d’amour qui a porté un fruit !

Ne fallait-il donc pas qu’Il soit ainsi conçu – dans la sainteté du Saint Esprit ? Et Elle, ne fallait-il pas qu’elle soit par Dieu préparée, graciée pour enfanter, porter, mettre au monde, et donner au monde, Son Fils ? Ne fallait-il pas qu’elle soit après enlevée de la Terre, placée dans un lieu désert où une place lui fut réservée afin qu’elle y vive le reste de ses jours terrestres dans le mystère de L’Événement? Ne fallait-il pas que Dieu la remercie en la faisant monter corps et âme aux Cieux où Il vit et d’où elle prie pour les pécheurs ?

N’est-ce pas qu’il a fallut tout cela Madame, afin que les envoyés du Père par Le Fils, reçoive eux aussi Le Saint Esprit comme il était au commencement maintenant et pour les siècles des siècles? (Jean 20:21)

Alors, il y eut Une Voix qui vint des Cieux. C’etait la Voix d’une Femme :

“Je dors, mais mon cœur veille… C’est la voix de mon bien-aimé ! Il frappe !

– Ouvre-moi, ma sœur, mon amie, ma colombe, ma toute pure, car ma tête est humide de rosée et mes boucles, des gouttes de la nuit.

J’ai ôté ma tunique : devrais-je la remettre ? J’ai lavé mes pieds : devrais-je les salir ? Mon bien-aimé a passé la main par la fente de la porte ; mes entrailles ont frémi : c’était lui ! Je me suis levée pour ouvrir à mon bien-aimé, les mains ruisselantes de myrrhe. Mes doigts répandaient cette myrrhe sur la barre du verrou.J’ai ouvert à mon bien-aimé : mon bien-aimé s’était détourné, il avait disparu. Quand il parlait, je rendais l’âme… Je l’ai cherché : je ne l’ai pas trouvé. Je l’appelai : il n’a pas répondu. Ils m’ont trouvée, les gardes, eux qui tournent dans la ville : ils m’ont frappée, ils m’ont blessée, ils ont arraché mon voile, les gardes des remparts ! Je vous en conjure, si vous trouvez mon bien-aimé, que lui direz-vous ? Que je suis malade d’amour

Qu’a-t-il, ton bien-aimé, de plus qu’un autre, ô belle entre les femmes ? Qu’a-t-il, ton bien-aimé, de plus qu’un autre que tu nous adjures ainsi ? 

Mon bien-aimé est clair et vermeil : on le distingue entre dix mille ! Sa tête est d’or, d’un or pur. Ses boucles, d’un noir de corbeau, ondulent. Ses yeux sont comme des colombes au bord d’un ruisseau qui baignent dans le lait et reposent, tranquilles. Ses joues : un parterre d’arômes, des corbeilles de senteurs. Ses lèvres, des lis, un ruissellement de myrrhe. Ses bras, des torsades d’or serties de topazes. Son ventre : un bloc d’ivoire, couvert de saphirs. Ses jambes : des colonnes de marbre posées sur des socles d’or pur. Son aspect est celui du Liban : comme le cèdre, sans rival ! Sa bouche est pur délice, tout, en lui, est désirable. Tel est mon bien-aimé ; tel est mon aimé”

(Cantiques des Cantiques 5)

Alors tombant face contre terre, larmes aux yeux, j’ai dis :

Oh ! Que me vaut cet honneur que vous Madame, vous m’ouvriez ainsi votre coeur?

Et La Femme ajouta :

Petit coeur, tu n’as plus à pleurer, car Il t’a fait grâce à cause du cri que tu as poussé, dès qu’Il t’a entendu, Il t’a répondu. (Isaie 30:19) N’est-ce-pas? Alors va mon petit et fais ce que tu dois. Il est avec toi, le Dieu de tendresse qui protège les simples – tu faiblissais, Il t’a sauvé !  (Psaume 116:5-6)

♥Amen – oui en effet ! C’est ce qui s’est passé. Je cours Madame, je vole, pour la gloire de Dieu et le salut des Hommes♥ Alléluia †

Et de loin j’entendis La Voix du Saint Esprit qui disait :

“Amen, amen, je vous le dis: vous verrez les cieux ouverts. (Jean 1:51) Vous n’êtes plus des étrangers, ni des émigrés : vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la famille de Dieu.” (Ephésiens 2:19)

Alors j’ai compris que La Femme à la colombe, je pouvais désormais l’appeller : Maman

Je t’aime Seigneur, ma Joie, ma Force. C’est Toi que mon coeur a cherché. C’est Toi qu’il a trouvé.❤


clique sur le Livre des Saintes Ecritures, pour recevoir ton petit coup de Coeur de Jésus ❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.