quand la mesure est mal répartie …

Seigneur donne moi un coeur qui écoute et qui comprend. Par charité, accorde moi Ton Esprit. Viens Esprit Saint, remplir ce moment de Ta Présence, de Ta Lumière. N’ôte pas de ma bouche la Parole de Vérité, car j’espère dire La Volonté du Père révélée par Le Fils Jésus-Christ mon Seigneur. Amen †

Le mardi de la 30e semaine du temps ordinaire

LECTURES DU JOUR

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 5,21-33

“Frères, par respect pour le Christ, soyez soumis les uns aux autres ; les femmes, à leur mari, comme au Seigneur Jésus ; car, pour la femme, le mari est la tête, tout comme, pour l’Église, le Christ est la tête, lui qui est le Sauveur de son corps. Eh bien ! puisque l’Église se soumet au Christ, qu’il en soit toujours de même pour les femmes à l’égard de leur mari. Vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ : il a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle, afin de la rendre sainte en la purifiant par le bain de l’eau baptismale, accompagné d’une parole ; il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, ni rien de tel ; il la voulait sainte et immaculée. C’est de la même façon que les maris doivent aimer leur femme : comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime soi-même. Jamais personne n’a méprisé son propre corps : au contraire, on le nourrit, on en prend soin. C’est ce que fait le Christ pour l’Église, parce que nous sommes les membres de son corps. Comme dit l’Écriture : ‘À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.’ Ce mystère est grand : je le dis en référence au Christ et à l’Église. Pour en revenir à vous, chacun doit aimer sa propre femme comme lui-même, et la femme doit avoir du respect pour son mari.”†

Psaume 128(127),1-2.3.4-5

“Heureux qui craint le Seigneur et marche selon ses voies ! Tu te nourriras du travail de tes mains : Heureux es-tu ! À toi, le bonheur ! Ta femme sera dans ta maison comme une vigne généreuse, et tes fils, autour de la table, comme des plants d’olivier.”†

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,18-21

En ce temps-là, Jésus disait : « À quoi le règne de Dieu est-il comparable, à quoi vais-je le comparer ? Il est comparable à une graine de moutarde qu’un homme a prise et jetée dans son jardin. Elle a poussé, elle est devenue un arbre, et les oiseaux du ciel ont fait leur nid dans ses branches. » Il dit encore : « À quoi pourrai-je comparer le règne de Dieu ? Il est comparable au levain qu’une femme a pris et enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. »


“Christ a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle, il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, ni rien de tel ; il la voulait sainte et immaculée.”† “Heureux qui craint le Seigneur et marche selon ses voies ! À toi, le bonheur !” † “une femme a pris du levain et l’a enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé.” †

Un bon pâtissier, qui veut réussir son pain et ses gâteaux, s’assurera d’abord des mesures exactes et appropriées des ingrédients qu’il va utiliser. Par exemple, pour faire un pain avec 3 mesures de farine, il s’assurera d’y enfouir une mesure de levain – ce qui fera toute sa pâte lever en même temps. De même, un bon directeur de compagnie, s’assurera de mesurer les différentes capacités de ses employés pour ensuite les déployer uniformément aux postes clés. La décoratrice d’appartement fera de même : elle choisira les couleurs et le mobilier en fonction des chambres qu’elle habille. Cette stratégie, si on peut l’appeler ainsi, ou ce principe d’opérer, assurera une répartition uniforme pour l’harmonie et l’unité.

Ainsi, pour construire La Maison – ou si vous voulez ‘l’Eglise’ – que Dieu Se construit sur la Terre, et qui se trouve être l’Homme, le Maitre de La Construction va employer la même stratégie, le même principe, Déjà, par l’annonce de La Bonne Nouvelle, Il a répandu La Semence dans le coeur de chaque Homme. Il S’est aussi assuré que tous les ingrédients nécessaires qu’elle contient, soient en place là où ils doivent être : la foi, dans l’âme, la charité, dans le coeur, l’espérance, dans l’esprit. Et Dieu ne peut pas se tromper dans Ses mesures.

Mais hélas, le Malin, Son Adversaire, rusé et lâche comme il est, est passé dans Son dos. En ce enfants du Bon Dieu plus vulnérables que les autres, il a réussi à déjouer L’Ordre, Le Principe, La Stratégie. De sorte que la foi la charité et l’espérance ne sont plus à la bonne place : non seulement ces enfants voient le mal partout, mais ils sont incapables de voir le bien en chacun. Ils font la charité aux riches et méprisent les pauvres. Ils espèrent en ce que le monde des ténèbres offre – certains allant même jusqu’à acheter ses fantasmes pour en faire des réalités ! Alors tout est débalancé, La Semence elle-même : les unions sans amour sont arrangées et consommées vite fait, les méchants récompensés et les pauvres oubliés; les enfants sont vendus à bon  marché, et les vieux abandonnés pour ce qu’ils sont à leurs yeux : des nuisances ! Pour ne citer que ces méfaits !

Ne me méprenez pas chers lecteurs, mais comprenez qu’en disant tout cela, je dis ce que je vois. Je ne suis pas entrain de juger le monde ni de faire le procès de quiconque. Je parle en général sous l’inspiration de La Parole qui me fut remise : “L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction.” (Luc 4:18)

Certes Seigneur et je T’en remercie. Toutefois comme je suis aussi Ton guetteur, et que Tu as fait de moi, Ton témoin devant les peuples, je me dois de rapporter ce que je vois, sinon je manquerai sérieusement à mon devoir envers Toi, et je finirai par tuer la confiance que Tu as placée en moi.

Et ce que je vois aujourd’hui c’est ça : la semence est mal répartie, ce qui fait que la pâte ne se lèvera pas ! Le ciment a été mal mélangé alors aux prochaines grandes pluies, la maison va couler ! Les couleurs et le mobilier sont disparâtre et l’harmonie ne circule pas.

Ceci dit, annonçons à présent La Bonne Nouvelle pour laquelle Tu m’as envoyée : c’est à dire qu’à tout ce mal, il y a la solution ! La voici, comme L’Esprit de Vérité me l’a formulée :

“Soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d’amour fraternel, de compassion, d’humilité. Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction. Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu’il préserve sa langue du mal, et ses lèvres des paroles trompeuses, qu’il se détourne du mal et qu’il fasse le bien, qu’il recherche la paix, et qu’il la poursuive. Car le Seigneur regarde les justes, il écoute, attentif à leur demande. Mais le Seigneur affronte les méchants. Qui donc vous fera du mal, si vous cherchez le bien avec ardeur ? Mais s’il vous arrivait de souffrir pour la justice, heureux seriez-vous ! Comme dit l’Écriture : N’ayez aucune crainte de ces gens-là, ne vous laissez pas troubler. Honorez dans vos cœurs la sainteté du Seigneur, le Christ. Soyez prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect. Ayez une conscience droite, afin que vos adversaires soient pris de honte sur le point même où ils disent du mal de vous pour la bonne conduite que vous avez dans le Christ. Car mieux vaudrait souffrir en faisant le bien, si c’était la volonté de Dieu, plutôt qu’en faisant le mal.”

(1 Pierre 3:9-17)

Voilà ! C’est ainsi que La Maison de Dieu doit se construire pour qu’Il  soit heureux, et que chacun qui y vit avec Lui, trouve son bonheur. C’est seulement en agissant ainsi que L’Église de notre Seigneur Jésus-Christ, deviendra cette Église “resplendissante, sans tache, ni ride, ni rien de tel”, comme Il a toujours voulu qu’elle soit !

Et toi petit enfant : où en est ta construction ? Es-tu prêt/es afin que Je puisse venir t’habiter ?

Oh non Seigneur, je ne le suis guère. Pardonne moi mais me voilà de nouveau en guerre. Je n’arrive pas à dompter mon sale caractère.

Alors, que vas-tu faire pour cela petit enfant ?

Je ne sais pas Père, je ne sais guère… Cette solution que Tu m’offres aujourd’hui me parait énorme à realiser. Tu vois j’ai tellement pris l’habitude de servir le Malin que je ne vois même plus sa ruse…

Ne baisse pas les bras petit enfant. Oui tu es encore tout petit et tu veux déjà te mesurer aux grands. C’est là ton principal souci, et la raison pour laquelle tu te mets tout en colère quand les plus grands n’acceptent pas ton avis. Laisse les grands avec les grands, toi va retrouver les petits enfants à qui Je fais la classe tous les mardis en lavant leurs chemises d’impuretés pour les remplacer par les blouses blanches de la sainteté. Il n’y a pas de honte à te mesurer à eux car dans cette classe, vous êtes tous de la même grandeur. Alors, ne t’en fais pas, va petit enfant.

Quant à toi petit coeur guetteur, veilleur, témoin… va toi aussi avec ton ardeur habituel, transmettre de ton côté ce qu’aujourd’hui tu as entendu de L’Esprit. Il demeure avec toi pour t’aider à publier cet Écrit dans son intégralité. Allez va, va porter du fruit à la Terre. †

♥Merci Merci Merci Seigneur † Je cours, je vole, pour La gloire de Dieu, le salut des Ses petits enfants, et du monde entier ♥ 

Et de loin j’entendis encore La Voix du Saint Esprit qui disait :

“Le Seigneur soutient les humbles et rabaisse jusqu’à terre les impies.”

Psaume147:6 †


“Il me semble que Jésus peut bien faire la grâce de ne plus l’offenser ou bien de ne faire que des fautes qui ne l’offense pas mais, ne font que d’humilier et de rendre l’amour plus fort.”

Merci petite soeur en Jésus † Merci de tout mon coeur. Tu as raison et le psalmiste le dit : c’est l’humble enfant qui Lui ouvre son coeur et Lui montre toutes ses impuretés, que Jésus soutient. Car Il n’est pas venu pour juger les pécheurs mais pour les sauver de leurs péchés. Prie avec moi petite soeur de mon coeur. Demande avec moi à Jésus, par Marie notre Mère qui sait si bien faire monter nos prières, qu’Il attire à Lui aujourd’hui, Mardi, tous ces petits enfants qui ont besoin de comprendre leurs propres sentiments avant d’essayer de comprendre ceux des grands. Demande avec moi petite soeur, que le Bon Dieu rétablisse la mesure, car nous l’avons bien compris : La Semence est la même pour tous – elle est d’amour; ce sont les mesures qui ne sont pas bien reparties – l’ennemi a passé par là ! Si l’amour est mal reparti dans un coeur, comment pourrait-il se répandre dans l’unité.  N’est-ce pas petite soeur ? Toi qui vis avec L’Amour, accorde déjà ta pensée à ce petit enfant que voici. Qu’il soit déjà préparé pour la leçon d’aujourd’hui, histoir de ne pas l’embarasser. Merci petite soeur.

Et Thérèse répondit à la petite enfant :

“Je ne m’étonne en aucune façon que la pratique de la familiarité avec Jésus vous semble un peu difficile à réaliser, on ne peut y arriver en un jour… mais je vous aiderai…”

Je t’aime Seigneur, ma Joie, ma Force. C’est Toi que mon coeur a cherché. C’est Toi qu’il a trouvé.❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.