Alléluia ! Eurêka !

Seigneur donne moi un coeur qui écoute et qui comprend. Par charité, accorde moi Ton Esprit. Viens Esprit Saint, remplir ce moment de Ta Présence, de Ta Lumière. N’ôte pas de ma bouche la Parole de Vérité, car j’espère dire La Volonté du Père révélée par Le Fils Jésus-Christ mon Seigneur. Amen †

Le samedi de la 5e semaine du temps ordinaire

LECTURES DU JOUR

Livre de la Genèse 3,9-24

“Quand Adam eut mangé du fruit de l’arbre, le Seigneur Dieu l’appela et lui dit : « Où es-tu donc ? » L’homme répondit : « J’ai entendu ta voix dans le jardin, j’ai pris peur parce que je suis nu, et je me suis caché. » Le Seigneur reprit : « Qui donc t’a dit que tu étais nu ? Aurais-tu mangé de l’arbre dont je t’avais interdit de manger ? » L’homme répondit : « La femme que tu m’as donnée, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. » Le Seigneur Dieu dit à la femme : « Qu’as-tu fait là ? » La femme répondit : « Le serpent m’a trompée, et j’ai mangé. » Alors le Seigneur Dieu dit au serpent : « Parce que tu as fait cela, tu seras maudit parmi tous les animaux et toutes les bêtes des champs. Tu ramperas sur le ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le talon. » Le Seigneur Dieu dit ensuite à la femme : « Je multiplierai la peine de tes grossesses ; c’est dans la peine que tu enfanteras des fils. Ton désir te portera vers ton mari, et celui-ci dominera sur toi. »
Il dit enfin à l’homme : « Parce que tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé le fruit de l’arbre que je t’avais interdit de manger : maudit soit le sol à cause de toi ! C’est dans la peine que tu en tireras ta nourriture, tous les jours de ta vie. De lui-même, il te donnera épines et chardons, mais tu auras ta nourriture en cultivant les champs. C’est à la sueur de ton visage que tu gagneras ton pain, jusqu’à ce que tu retournes à la terre dont tu proviens ; car tu es poussière, et à la poussière tu retourneras. » L’homme appela sa femme Ève (c’est-à-dire : la vivante), parce qu’elle fut la mère de tous les vivants. Le Seigneur Dieu fit à l’homme et à sa femme des tuniques de peau et les en revêtit. Puis le Seigneur Dieu déclara : « Voilà que l’homme est devenu comme l’un de nous par la connaissance du bien et du mal ! Maintenant, ne permettons pas qu’il avance la main, qu’il cueille aussi le fruit de l’arbre de vie, qu’il en mange et vive éternellement ! » Alors le Seigneur Dieu le renvoya du jardin d’Éden, pour qu’il travaille la terre d’où il avait été tiré. Il expulsa l’homme, et il posta, à l’orient du jardin d’Éden, les Kéroubim, armés d’un glaive fulgurant, pour garder l’accès de l’arbre de vie.”†

Psaume 90(89),2.3-4.5-6.12-13

“Avant que naissent les montagnes, que tu enfantes la terre et le monde, de toujours à toujours, toi, tu es Dieu. Tu fais retourner l’homme à la poussière ; tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! » À tes yeux, mille ans sont comme hier, c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit. Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ; dès le matin, c’est une herbe changeante : elle fleurit le matin, elle change ; le soir, elle est fanée, desséchée. Apprends-nous la vraie mesure de nos jours : que nos cœurs pénètrent la sagesse.
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ? Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.”†

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc 8,1-10.

En ces jours-là, comme il y avait de nouveau une grande foule, et que les gens n’avaient rien à manger, Jésus appelle à lui ses disciples et leur dit : « J’ai de la compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Si je les renvoie chez eux à jeun, ils vont défaillir en chemin, et certains d’entre eux sont venus de loin. » Ses disciples lui répondirent : « Où donc pourra-t-on trouver du pain pour les rassasier ici, dans le désert ? » Il leur demanda : « Combien de pains avez-vous ? » Ils lui dirent : « Sept. » Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Puis, prenant les sept pains et rendant grâce, il les rompit, et il les donnait à ses disciples pour que ceux-ci les distribuent ; et ils les distribuèrent à la foule. Ils avaient aussi quelques petits poissons, que Jésus bénit et fit aussi distribuer. Les gens mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles. Or, ils étaient environ quatre mille. Puis Jésus les renvoya. Aussitôt, montant dans la barque avec ses disciples, il alla dans la région de Dalmanoutha.†


“C’est dans la peine que tu en tireras ta nourriture, tous les jours de ta vie. C’est à la sueur de ton visage que tu gagneras ton pain.”† “Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ? Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.”†”† “« J’ai de la compassion pour cette foule.»”†

 

Méditation

Alléluia! Eurêka ! 

Hier soir, pendant l’Oraison, je ne sais ce qui m’a pris de parler ainsi au Seigneur :

“Seigneur Tu nous demandes de prier sans cesse. Mais à quoi bon Te prier, Te confier les âmes, à quoi bon Te casser les oreilles avec nos peines et nos soucis, anxiétés et depressions, faiblesses et decourgements, car Tu sais déjà tout, Tu vois déjà tout, Tu entends déjà tout ? A quoi bon Te supplier d’être miséricordieux alors que Tu es La Miséricorde même. N’est-ce-pas Te prendre pour un indifférent, un sans-coeur ? N’est ce pas Te prendre pour un élève, un plus petit que l’Homme, quand nous venons Te dire : fais ci fais ça, alors que Tu es plus grand que l’Homme ? Toi qui sièges à la droite de Dieu ? Alors que Tu es notre Maître ?”

En réponse à mes nombreuses questions, Le Seigneur me donna de lire un très beau texte extrait du livre de “l’Imitation de Jésus-Christ”, et qui s’intitule : “l’avantage de l’adversité.” Le voici dans son intégralité :

“Il nous est bon d’avoir quelquefois des peines et des traverses, parce que souvent elles rappellent l’homme à son coeur, et lui font sentir qu’il est en exil, et qu’il ne doit mettre son espérance en aucune chose du monde. Il nous est bon de souffrir quelquefois des contradictions, et qu’on pense mal ou peu favorablement de nous, quelques bonnes que soient nos actions et nos intentions. Souvent cela sert à nous prémunir contre la vaine gloire. Car nous avons plus d’empressement à chercher Dieu, qui voit le fond du coeur, quand les hommes au-dehors nous rabaissent et pensent mal de nous. C’est pourquoi l’homme devrait s’affermir tellement en Dieu, qu’il n’eût pas besoin de chercher tant de consolations humaines. Lorsque, avec une volonté droite, l’homme est troublé, tenté, affligé de mauvaises pensées, il reconnaît alors combien Dieu lui est nécessaire, et qu’il n’est capable d’aucun bien sans lui. Alors il s’attriste, il gémit, il prie à cause des maux qu’il souffre. Alors il s’ennuie de vivre plus longtemps, et il souhaite que la mort arrive, afin que, délivré de ses liens, il soit avec Jésus-Christ. Alors aussi il comprend bien qu’une sécurité parfaite, une pleine paix, ne sont point de ce monde.”

Et ce matin, en me réveillant, plus de réponses de Sa part m’attendaient dans les Saintes choisies pour aujourd’hui !

Merci mon Seigneur et mon Dieu. Merci d’écouter, par égard pour eux, la voix de Tes serviteurs et servantes qui Te prient et Te supplient pour le bien de leurs frères et soeurs poussières et en redevenir poussières. Et pardon de tout mon coeur de T’avoir questionné – le Satan a l’art de tromper mon esprit en me faisant croire que je ne vaux rien à Tes yeux et que ce n’est donc pas la peine de Te prier ! Là est la vraie raison à mes doutes et questions. Pardonne moi Seigneur, et aide-moi je T’en supplie à reconnaître la voix de la Tentation et à pouvoir discerner sa ruse. Comme je m’en veux pour hier soir Seigneur…

Et du Haut du Ciel une Voix se fit entendre et dit :

“Tant que nous vivons ici-bas, nous ne pouvons être exempts de tribulations et d’épreuves. C’est pourquoi il est écrit au livre de Job: La tentation est la vie de l’homme sur la terre. Chacun devrait donc être toujours en garde contre les tentations qui l’assiègent, et veiller et prier pour ne point laisser lieu aux surprises du démon, qui ne dort jamais, et qui tourne de tous côtés, cherchant quelqu’un pour le dévorer. Il n’est point d’homme si parfait et si saint qui n’ait quelquefois des tentations, et nous ne pouvons en être entièrement affranchis. Mais, quoique importunes et pénibles, elles ne laissent pas d’être souvent très utiles à l’homme parce qu’elles l’humilient, le purifient et l’instruisent. Tous les saints ont passé par beaucoup de tentations et de souffrances, et c’est par cette voie qu’ils ont avancé; mais ceux qui n’ont pu soutenir ces épreuves, Dieu les a réprouvés, et ils ont défailli dans la route du salut. Il n’y a point d’ordre si saint, ni de lieu si secret, où l’on ne trouve des peines et des tentations. L’homme, tant qu’il vit, n’est jamais entièrement à l’abri des tentations, car nous en portons le germe en nous, à cause de la concupiscence dans laquelle nous sommes nés. L’une succède à l’autre; et nous aurons toujours quelque chose à souffrir, parce que nous avons perdu le bien et la félicité primitive. Plusieurs cherchent à fuir pour n’être point tentés, et ils y tombent plus gravement. Il ne suffit pas de fuir pour vaincre, mais la patience et la véritable humilité nous rendent plus fort que tous nos ennemis. Celui qui, sans arracher la racine du mal, évite seulement les occasions extérieures, avancera peu; au contraire, les tentations reviennent à lui plus promptement et plus violentes. Vous vaincrez plus sûrement peu à peu et par une longue patience, aidé du secours de Dieu, que par une rude et inquiète opiniâtreté. Prenez souvent conseil dans la tentation, et ne traitez point durement celui qui est tenté, mais secourez-le comme vous voudriez qu’on vous secourût vous-même. Le commencement de toutes les tentations est l’inconstance de l’esprit et le peu de confiance en Dieu. Car, comme un vaisseau sans gouvernail est poussé çà et là par les flots, ainsi l’homme faible et changeant qui abandonne ses résolutions est agité par des tentations diverses. Le feu éprouve le fer, et la tentation, l’homme juste. Nous ne savons souvent ce que nous pouvons, mais la tentation montre ce que nous sommes. Il faut veiller cependant, surtout au commencement de la tentation, car on triomphe beaucoup plus facilement de l’ennemi, si on ne le laisse point pénétrer dans l’âme, et si on le repousse à l’instant même où il se présente pour entrer. C’est ce qui a fait dire à un ancien: Arrêtez le mal dès son origine; le remède vient trop tard quand le mal s’est accru par de longs délais. D’abord une simple pensée s’offre à l’esprit, puis une vive imagination, ensuite le plaisir et le mouvement déréglé, et le consentement. Ainsi peu à peu l’ennemi envahit toute l’âme, lorsqu’on ne lui résiste pas dès le commencement. Plus on met de retard et de langueur à le repousser, plus on s’affaiblit chaque jour, et plus l’ennemi devient fort contre nous. Plusieurs sont affligés de tentations plus violentes au commencement de leur conversion; d’autres, à la fin; il y en a qui souffrent presque toute leur vie. Quelques-uns sont tentés assez légèrement, selon l’ordre de la sagesse et de la justice de Dieu qui connaît l’état des hommes, pèse leurs mérites, et dispose tout pour le salut de ses élus. C’est pourquoi, quand nous sommes tentés, nous ne devons point perdre l’espérance, mais prier Dieu avec plus de ferveur, afin qu’il daigne nous secourir dans toutes nos tribulations; car, selon la parole de l’Apôtre, il nous fera tirer avantage de la tentation même, de sorte que nous puissions la surmonter. Humilions donc nos âmes sous la main de Dieu, dans toutes nos tentations, dans toutes nos peines, parce qu’il sauvera et relèvera les humbles d’esprit. Dans les tentations et les traverses, on reconnaît combien l’homme a fait de progrès. Le mérite est plus grand, et la vertu paraît davantage. Il est peu difficile d’être pieux et fervent lorsque l’on n’éprouve rien de pénible; mais celui qui se soutient avec patience au temps de l’adversité donne l’espoir d’un grand avancement. Quelques-uns surmontent les grandes tentations et succombent tous les jours aux petites, afin qu’humiliés d’être si faibles dans les moindres occasions, ils ne présument jamais d’eux-mêmes dans les grandes.” *

Quant à toi petit coeur ne doute jamais de l’amour que ton Père a pour toi petite servante dévouée mais pas souvent disposée à Sa Voix à cause de l’Ennemi qui n’a de désir que de vous désunir. S’il t’a choisie pour prier pour les pécheurs c’est bien grâce à l’amour que tu portes à Son Fils Le Miséricordieux qui ne résiste à aucune de tes demandes car Son désir à Lui est de te combler et de te rassasier. Ne permet pas à l’ennemi de Te détacher de L’Union qui vous lie. Va à présent et fais comme tu veux. Ne crains pas car Je serai toujours là pour te protéger.

Amen Alléluia † Comme mes yeux et mes oreilles s’ouvrent Seigneur Saint Esprit. Merci de m’avoir renvoyé la suite de ce texte extrait du même Livre. Tu es grand et bon ô mon Dieu ! Je cours vite le partager dans son intégralité aux autres que le Satan compte tenter aujourd’hui ou demain ! Je vole Seigneur, par grâce de Dieu, pour Sa plus grande gloire et au profit de tous †

Pour toi mon Seigneur, Toi et moi…. Je trouverai toujours quelque chose à Te dire même si Tu sais tout.. comme JE T’AIME Seigneur ❤

Je vois que tu M’aimes plus que ceux-ci petit coeur

Je T’aime Seigneur ma Joie ma Force ❤ Tu es Celui que mon coeur a cherché ❤ Tu es Celui qu’il a trouvé ❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.