Un Dieu Juste parce que Fidèle

Seigneur donne moi un coeur qui écoute et qui comprend. Par charité, accorde moi Ton Esprit. Viens Esprit Saint, remplir ce moment de Ta Présence, de Ta Lumière. N’ôte pas de ma bouche la Parole de Vérité, car j’espère dire La Volonté du Père révélée par Le Fils Jésus-Christ mon Seigneur. Amen †

Le jeudi de la 2e semaine de Carême

LECTURES DU JOUR

Livre de Jérémie 17,5-10

“Ainsi parle le Seigneur : Maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel, qui s’appuie sur un être de chair, tandis que son cœur se détourne du Seigneur. Il sera comme un buisson sur une terre désolée, il ne verra pas venir le bonheur. Il aura pour demeure les lieux arides du désert, une terre salée, inhabitable. Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur, dont le Seigneur est la confiance. Il sera comme un arbre, planté près des eaux, qui pousse, vers le courant, ses racines. Il ne craint pas quand vient la chaleur : son feuillage reste vert. L’année de la sécheresse, il est sans inquiétude : il ne manque pas de porter du fruit. Rien n’est plus faux que le cœur de l’homme, il est incurable. Qui peut le connaître ? Moi, le Seigneur, qui pénètre les cœurs et qui scrute les reins, afin de rendre à chacun selon sa conduite, selon le fruit de ses actes.”†

Psaume 1,1-2.3.4.6

“Heureux est l’homme qui n’entre pas au conseil des méchants, qui ne suit pas le chemin des pécheurs, ne siège pas avec ceux qui ricanent, mais se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d’un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt ; tout ce qu’il entreprend réussira. Tel n’est pas le sort des méchants. Mais ils sont comme la paille balayée par le vent : Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.”†

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 16,19-31

En ce temps-là,  Jésus disait aux pharisiens : « Il y avait un homme riche, vêtu de pourpre et de lin fin, qui faisait chaque jour des festins somptueux. Devant son portail gisait un pauvre nommé Lazare, qui était couvert d’ulcères. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais les chiens, eux, venaient lécher ses ulcères. Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui. Alors il cria : “Père Abraham, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. – Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance. Et en plus de tout cela, un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous.” Le riche répliqua : “Eh bien ! père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père. En effet, j’ai cinq frères : qu’il leur porte son témoignage, de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de torture !”Abraham lui dit : “Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent ! – Non, père Abraham, dit-il, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront.” Abraham répondit : “S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus.” »†


“Maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel, qui s’appuie sur un être de chair, tandis que son cœur se détourne du Seigneur. “† “le chemin des méchants se perdra”† “Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance.”†

 

Méditation

La Justice de Dieu ! 

Entre les bons et les méchants, les vivants et les morts, il y a un abîme ! N’essaies pas de le franchir de peur d’être pris entre les deux; et manque de pot : on ne peut pas vivre entre deux mondes. Tôt ou tard, plutôt tôt que tard, il faut choisir son camp. Sois tu ricanes avec les méchants et tu te perds, ou tu murmures la loi du Seigneur jour et nuit et tu vis ! Sois tu mets ta confiance dans l’Homme mortel, et tu meurs avec lui; où tu mets ta foi en Dieu et tu Le rejoins au Paradis du bonheur pour la vie. Y’a pas photos hein ? Comme qui dirait que le choix est déjà fait pour toi. Y’a plus qu’à obéir et rester fidèle à ce  choix. C’est quand tu t’éloignes du choix que tu as fais, ne serait-ce que pour une demie journée, que tu perds ta joie, que tu perds ta paix, que le vide s’installe en toi. La Paix elle t’a été donnée le jour où tu as fais ton choix, et c’est pour la vie que tu la reçue. Si tu la perds ne serait-ce que pour un moment, c’est parce que tu t’en es éloignée,  sans doute sans t’en rendre compte…

Dieu, il faut croire en Lui en tout temps, et pas seulement quand tu penses qu’ Il Se manifeste le plus. Il faut croire en Lui surtout quand tu penses ainsi, quand tu crois qu’Il  fait le mort alors que Sa Présence est des plus vivante et palpable. Car en vérité, c’est toi qui ne te manifeste plus à Lui. C’est toi qui fais le mort.

Un jour que je ressentais le vide en moi et autour de moi, j’ai eu la présence d’esprit d’aller consulter Le Saint Esprit, et notre conversation s’était déroulée comme suit :

Si tu réfléchis bien, tu remarqueras petit coeur qu’en ces moments de vide, de creux, c’est toi qui t’es éloignée de Moi, et point Moi de toi.

Oui Seigneur tu as raison… c’est vrai. Un jour passe ou je n’ai pas communiqué avec Toi et déjà ton absence se fait setir. Un jour passe ou je n’ai pas remis mon esprit au Pere, et je ne vis plus, je m’agite, je perds ma paix… je suis triste…Un jour passé où je n’ai pas parlé à mon Époux et le monde est dépeuplé…

Et Le Saint Esprit ajouta :

Alors reviens petit coeur de Mon Coeur. C’est en Moi que tu dois te réjouir sans cesse, car Je suis La Paix. Si tu as le sentiment de l’avoir perdue, c’est parce que tu t’es éloignée de la seule Personne qui peut te la donner. Dans le monde tu ne trouveras pas la paix, la vraie – celle que Je donne : l’éternité de paix surtout dans les moments les plus difficiles. Dans le monde tu trouveras une fausse paix : celle qui s’étiole et qui meurt. Reviens vers Moi petit coeur. Et Je ne cacherai plus ma face, car Je répandrai mon Esprit en toi, et de nouveau Ma Paix t’habitera, et tu seras comblée. Vois, dans ta jolie petite chapelle (comme tu aimes l’appeler), et c’est vrai qu’elle est belle, entres et vois par toi même : est ce que mon portrait a changé de place? Est ce que La Croix où mon Visage apparaît à celles et ceux qui croient en Dieu de la bonne petite foi fidèle et obéissante, a bougé de place pendant que tu dormais ? Vois, rien n’a bougé car Je ne bouge pas petit coeur. “Je suis ce que Je suis”, et cela veut tout dire. Je suis Le Dieu fidèle et mon amour ne change pas. Il est depuis le commencement et pour toujours. Avec lui la Paix la Joie, l’abondance de tout cela. Le vide ne vient pas de Moi. Le repos oui mais pas le vide !

Voilà comment s’était déroulée notre conversation. Et tout est vrai. J’en fais encore l’experience malgré tout ! Car j’ai encore les deux pieds sur Terre. Je n’en décolle pas assez. Mais l’essentiel est que je sais où revenir quand cet horrible vide se fait, je sais surtout qui blâmer pour ce vide et ca fait toute la difference. Dès que je me situe de nouveau, alors les choses redeviennent comme avant. Les choses reprennent leurs places.

Essaies pour voir et tu verras, comme j’ai vu ! Reconnais ta faiblesse car Le Seigneur Dieu soutient les humbles. Il le fait toujours quand je reviens vers Lui comme un petit chien qui vient mendier son paix sous la table des grands – la queue entre les jambes. Ce n’est pas parce qu’Il aime me voir m’humilier devant Lui, bien au contraire. C’est parce qu’Il Se réjouit de me voir revenir à Lui, car Il sait Lui combien l’humilité est la source de tous les bienfaits.

Allez ! Tu m’excuses, mais je dois filer, j’ai du pain sur la planche. À demain si tu veux, car Dieu le veut.

Et alors que je m’éloignais, de loin j’entendis :

“Venez à Moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau et Moi je vous soulagerai.”

(Matthieu 11:28)

Amen Alléluia †


M’aimes-tu plus que ceux-ci ?

Je T’aime Seigneur ma Joie ma Force ❤ Tu es Celui que mon coeur a cherché ❤ Tu es Celui qu’il a trouvé ❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.