guérie ? qui? toi !

Seigneur donne moi un coeur qui écoute et qui comprend. Par charité, accorde moi Ton Esprit. Viens Esprit Saint, remplir ce moment de Ta Présence, de Ta Lumière. N’ôte pas de ma bouche la Parole de Vérité, car j’espère dire La Volonté du Père révélée par Le Fils Jésus-Christ mon Seigneur. Amen †

Le mercredi de Pâques

LECTURES DU JOUR

Livre des Actes des Apôtres 3,1-10.

“En ces jours-là, Pierre et Jean montaient au Temple pour la prière de l’après-midi, à la neuvième heure. On y amenait alors un homme, infirme de naissance, que l’on installait chaque jour à la porte du Temple, appelée la « Belle-Porte », pour qu’il demande l’aumône à ceux qui entraient. Voyant Pierre et Jean qui allaient entrer dans le Temple, il leur demanda l’aumône. Alors Pierre, ainsi que Jean, fixa les yeux sur lui, et il dit : « Regarde-nous ! » L’homme les observait, s’attendant à recevoir quelque chose de leur part. Pierre déclara : « De l’argent et de l’or, je n’en ai pas ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ le Nazaréen, lève-toi et marche. » Alors, le prenant par la main droite, il le releva et, à l’instant même, ses pieds et ses chevilles s’affermirent. D’un bond, il fut debout et il marchait. Entrant avec eux dans le Temple, il marchait, bondissait, et louait Dieu.
Et tout le peuple le vit marcher et louer Dieu. On le reconnaissait : c’est bien lui qui était assis à la « Belle-Porte » du Temple pour demander l’aumône. Et les gens étaient frappés de stupeur et désorientés devant ce qui lui était arrivé.”†

Psaume105(104),1-2.3-4.6-7.8-9

“Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom, annoncez parmi les peuples ses hauts faits ; chantez et jouez pour lui, redites sans fin ses merveilles. Glorifiez-vous de son nom très saint : joie pour les cœurs qui cherchent Dieu ! Cherchez le Seigneur et sa puissance, recherchez sans trêve sa face. Vous, la race d’Abraham son serviteur, les fils de Jacob, qu’il a choisis. Le Seigneur, c’est lui notre Dieu : ses jugements font loi pour l’univers. Il s’est toujours souvenu de son alliance, parole édictée pour mille générations : promesse faite à Abraham, garantie par serment à Isaac.”†

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 24,13-35

Le même jour (c’est-à-dire le premier jour de la semaine), deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé. Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. » Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. » Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait. Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : «Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux. Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. » À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.†


“les gens étaient frappés de stupeur et désorientés devant ce qui lui était arriv锆 “joie pour les cœurs qui cherchent Dieu”† “«Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »”†

Méditation

guérie? qui ? moi ?  

Nous sommes en présence ce matin de deux rencontres, dans des situations différentes certes, mais dont une unique Personne est le centre de ces deux rencontres :  Jésus-Christ, Le Ressuscité !

Dans la première Lecture, Pierre l’Apôtre du Christ, accompagné d’un autre, Jean, rencontre un infirme de naissance et, en Son Nom, tout naturellement, le guérit de son infirmité, laissant les gens “frappés de stupeur et désorientés devant ce qui lui était arrivé.” 

Dans la deuxième Lecture, L’Evangile selon saint Luc, c’est la rencontre de Jésus Lui-même – ressuscité –  avec deux de Ses disciples. Rsncontre qui provoquera chez eux non pas de la stupeur et de la frayeur, mais une reconnaissance instantanée : “Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures”, et un désir profond de le témoigner, de le partager avec leurs compagnons. Alors ils rebroussent chemin, et retrouvent facilement les 11 Apôtres tranquillement assis ensemble, eux aussi en position de reconnaissance, d’action de grâce et pris de même désir de dire ce qu’ils ont vu et entendu : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »”

L’Esprit Saint nous a mis ce matin en présence de ces deux catégories de personnes qui peuplent la Terre: les croyants et les incroyants. Et Il l’a fait pour une raison bien précise : afin que chacun de nous, se pose une question : de quelle catégorie de personnes suis-je ?

Suis-je de ceux qui cherchent Dieu et voient Sa toute puissance en tout, même dans les épreuves les plus durs ? Suis-je toujours confiante, joyeuse, calme, jamais désorientée, ni effrayée, ni étonnée de ce qui se passe autour de moi, pour la bonne et simple raison que mon Maître est Jésus-Christ, et qu’Il m’a préparée à tout ?  Suis-je croyante ? Puis-je dire de moi que je suis une femme de foi ?

Hier, alors que j’étais tranquillement assise à la chapelle entrain de prier, soudain le tonnerre a retentit, très fort ! Et moi je n’ai pas bronchée – je suis restée tranquillement assise à continuer mes prières, pensant intérieurement et autrement qu’auparavant, que le bon Dieu sait ce qu’Il fait, que l’orage est une bénédiction pour les plantes, et qu’en plus je n’aurai pas à m’inquiéter pour l’arrosage ! Ce qui a grandement étonné mon cher et tendre qui, connaissant ma frayeur maladive depuis l’enfance, s’attendait à me voir rappliquer la seconde d’après ce coup de tonnerre.

Alors oui, rien qu’en me basant sur cet incident, je peux dire avec une grande joie au coeur, que je suis de ceux qui cherchent Dieu, et qui voient Sa toute puissance en tout… Et ceci est dû a Ta Miséricorde Seigneur Jésus, Toi que j’ai placé au centre de ma vie ! N’est-ce-pas merveilleux ce que Tu as fait de moi Seigneur ?

Alors du Haut du Ciel une Voix se fit entendre et dit :

Le Seigneur ne fait rien qu’il n’en ait révélé le secret à ses serviteurs les prophètes. Il avait promis qu’Il allait essuyé toute larme de tes yeux petit coeur, et Il l’a fait ! Avec elles se sont envolées la peine, la peur, l’appréhension, qu’Il a tôt fait de remplacer par la sérénité et la confiance. Ton âme comme un oiseau s’est échappée du filet de l’oiseleur. Ton secours est désormais dans le Nom du Seigneur.* Tu l’as compris, tu as accueillie ta liberté, et tu la vis ! Va, te voilà guérie †

Je bondis Seigneur, je vole le dire au monde entier, et à vous mes soeurs et frères en Christ, par grâce de Dieu, au profit de tous † Mon âme ce matin exalte mon Seigneur, exulte mon esprit en Lui, mon Dieu mon Sauveur. Il a daigné Se pencher sur Son humble servante, et j’en suis bien heureuse. Il m’a guérie de la peur – cette infirmité qui m’a été infligée dès ma tendre enfance par un ennemi de Dieu.

À présent Seigneur, aide-moi à ne pas craindre d’aimer mon prochain comme Toi Tu l’aimes. C’est un autre obstacle que je dois franchir. Agis en moi Seigneur, gardes moi près de Toi, ne m’éloignes pas de Toi une seconde, car j’ai pris conscience que plus je suis unie à Toi, plus aussi mon coeur devient miséricordieux comme Le Tien, et plus j’apprends à aimer mon prochain, même mes ennemis comme Tu me l’as commandé. Augmente en moi l’amour désintéressé en m’éloignant du démon qui essaie de me faire voir les défauts chez l’autre qui m’est moins sympathique, alors que je désire T’imiter et m’empresser de rechercher ses vertus, ses bons désirs. *

Jésus, j’ai confiance en Toi. Jésus, j’ai confiance en Toi. Jésus, j’ai confiance en Toi. Alléluia † Quelle Grâce de Te savoir ressuscité d’entre les morts et vivant parmi nous dans L’unité du Saint Esprit pour les siècles des siècles. Merci Abba, Père, Ainsi est-il †

Et de nouveau La Voix du Ciel se fit entendre et dit :

Je t’ai fait entendre dès maintenant des choses nouvelles, secrètes et inconnues de toi. Continues à Me chercher. Appelles Moi quand tu es en presence de l’angoissé, et Je l’affranchirai, et tu Me rendras gloire. Va petit coeur ! Je T’envoie ! Va chercher Ma brebis perdue, ramène celle qui est égarée, panse celle qui est blessée, fortifie celle qui est malade. * Ce que J’ai fais en Mon Fils, tu feras. Va. Ainsi soit-il †

 

*Amos 3:7*Apocalypse 7:17*Psaume124:7-8* Prière inspirée par Thérèse de L’Enfant Jésus et de La Sainte Face*Isaie 48:6*Psaume 50:15*Ezéchiel 34:16


M’aimes-tu plus que ceux-ci ?

Je T’aime Seigneur ma Joie ma Force ❤ Tu es Celui que mon coeur a cherché ❤ Tu es Celui qu’il a trouvé ❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.