comme sarments au cep, lail dan la lanp

Seigneur donne moi un coeur qui écoute et qui comprend. Par charité, accorde moi Ton Esprit. Viens Esprit Saint, remplir ce moment de Ta Présence, de Ta Lumière. N’ôte pas de ma bouche la Parole de Vérité, car j’espère dire La Volonté du Père révélée par Le Fils Jésus-Christ mon Seigneur. Amen †

Le samedi de la 3e semaine de Pâques

LECTURES DU JOUR

Livre des Actes des Apôtres 9, 31-42

“En ces jours-là, l’Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie ; elle se construisait et elle marchait dans la crainte du Seigneur ; réconfortée par l’Esprit Saint, elle se multipliait. Or, il arriva que Pierre, parcourant tout le pays, se rendit aussi chez les fidèles qui habitaient Lod. Il y trouva un homme du nom d’Énéas, alité depuis huit ans parce qu’il était paralysé. Pierre lui dit : « Énéas, Jésus Christ te guérit, lève-toi et fais ton lit toi-même. » Et aussitôt il se leva. Alors tous les habitants de Lod et de la plaine de Sarone purent le voir, et ils se convertirent en se tournant vers le Seigneur. Il y avait aussi à Jaffa une femme disciple du Seigneur nommée Tabitha, ce qui se traduit : Dorcas (c’est-à-dire : Gazelle). Elle était riche des bonnes œuvres et des aumônes qu’elle faisait. Or, il arriva en ces jours-là qu’elle tomba malade et qu’elle mourut. Après la toilette funèbre, on la déposa dans la chambre haute. Comme Lod est près de Jaffa, les disciples, apprenant que Pierre s’y trouvait, lui envoyèrent deux hommes avec cet appel : « Viens chez nous sans tarder. » Pierre se mit en route avec eux. À son arrivée on le fit monter à la chambre haute. Toutes les veuves en larmes s’approchèrent de lui ; elles lui montraient les tuniques et les manteaux confectionnés par Dorcas quand celle-ci était avec elles. Pierre mit tout le monde dehors ; il se mit à genoux et pria ; puis il se tourna vers le corps, et il dit : « Tabitha, lève-toi ! » Elle ouvrit les yeux et, voyant Pierre, elle se redressa et s’assit. Pierre, lui donnant la main, la fit lever. Puis il appela les fidèles et les veuves et la leur présenta vivante. La chose fut connue dans toute la ville de Jaffa, et beaucoup crurent au Seigneur.”†

Psaume 115

“Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait ? J’élèverai la coupe du salut, j’invoquerai le nom du Seigneur. Je tiendrai mes promesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple ! Il en coûte au Seigneurde voir mourir les siens ! Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur, moi, dont tu brisas les chaînes ? Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce, j’invoquerai le nom du Seigneur.”†

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 6, 60-69

En ce temps-là, Jésus avait donné un enseignement dans la synagogue de Capharnaüm. Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent : « Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ?». Jésus savait en lui-même que ses disciples récriminaient à son sujet. Il leur dit :« Cela vous scandalise ? Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant ! … C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement quels étaient ceux qui ne croyaient pas, et qui était celui qui le livrerait. Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. » À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner. Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? » Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »†


“l’Église était en paix”† “Je tiendrai mes promesses au Seigneur”† “« Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle.”†

 

Méditation

comme des sarments

Savons-nous tenir nos promesses ? Surtout celles que nous faisons au Seigneur Jésus ?

L’Homme est fait de chair et la chair est faible – elle se laisse trop souvent et naïvement prendre par l’ennemi qui sait si bien la dérouter. Comment alors tenir sa promesse au Seigneur, oeuvrer pour le bien, remplir sa mission ?

Je l’ai remarqué : c’est L’Homme qui est en paix qui le peut. Celui qui ne compte pas sur son être de chair pour traverser la vie, mais sur son esprit qu’il a aligné à Celui du Grand Esprit qui a tout créé, qui vit en lui, et qu’il sollicite en invoquant Son Nom jour et nuit.

Notre monde, notre temps, passe sans doute par la plus grande crise de son histoire. Ce virus qui l’attaque semble être tout à fait décidé à s’installer et causer des décès par milliers, laissant derrière eux des familles entières, appauvries, déstabilisée, anéanties. Par ailleurs, celles qui n’ont pas été touchées vivent dans la peur, l’angoisse, l’anxiété.

Si hier c’était la guerre en caps et d’épées, qui fut suivie du règne des bombes et du terrorisme, aujourd’hui c’est un petit virus microscopique qui est venu troubler la paix du monde entier.

La paix est en grand danger ! L’Heure est grave – très grave ! Car si l’Homme peut survivre sans joie, et cela pour quelques temps seulement, il ne peut vivre continuellement sans paix. Une âme troublée sans arrêt est une plaie non seulement pour elle-même, mais pour la société dans laquelle elle évolue.

Que faire ? Où aller ?

  • Prince de La Paix – Jésus-Christ Ressuscité – notre monde a besoin de Toi. Il est temps de revenir, car lui, je crains fort qu’il ne te reviendra pas … il est sur le chemin de non retour…

Alors du Haut du Ciel une Voix se fit entendre et dit :

 

Pourquoi être ainsi troublée, et pourquoi pareilles pensées s’élèvent-elles dans ton petit coeur, petit coeur de Mon Coeur ? Ne ressens-tu pas combien Il bat pour toi au rythme de L’Esprit qui vit en Moi et Moi en Lui ? Tu as raison de le dire : Je suis Le Prince de La Paix, et ceux qui désirent Mes paroles, qui aspirent à elles seront instruits de Dieu.* Je suis Le Pain de Vie descendu du Ciel * pour sauver la Terre et ses habitants en leur révélant le seul Dieu qui est parce qu’Il a tout créé. Tu as raison aussi de constater ce que tu vois autour de toi de L’Humanité en grand danger qui certes se perdra si elle ne réagit pas et cède à la panique du manque de foi. Si votre monde vit dans l’angoisse aujourd’hui encore, et cette fois d’un petit virus qui fait de lui ce qui lui plaît, c’est parce qu’il s’est détaché de Mes Paroles qui sont Vérité et Vie et qui lui disent la vérité sur Lui –  son Dieu d’Amour de Qui, rien ni personne ne pourra l’en séparer !* Je suis venu pour manifester cet Amour, vous Le révéler, L’accomplir devant vos yeux, par Le don de Mon Sang versé pour le salut du monde entier. Ne cesse pas de l’invoquer petit coeur – c’est lui qui guérira les plaies, pansera les blessures, cicatrisera les plus béantes. Invoque Mon Sang petit coeur, fais le jaillir de tes prières sur le monde entier en gardant ta paix – celle que Je t’ai donnée en cadeau le jour de nos épousailles. Va ! J’ai confiance en Toi comme tu as confiance en Moi. Ne l’oublies pas, et rappelles autour de toi que la confiance est le lien le plus précieux qui manifeste l’amour dans toute sa pureté. Elle est sa richesse et sa force. Une fois ce lien brisé, oui c’est le chemin de non retour! Sauf s’il y a invocation, supplication, intercession de la part d’un coeur amoureux. Et Dieu se laissera émouvoir. Je te le promets. A présent  va, tu as du pain qui t’attend sur la planche. N’avais-tu pas décidé hier de vous faire du pain perdu pour le petit-déjeuner d’aujourd’hui ? Alors va, et ne t’en fais pas – à ta pâte,  J’ajouterai Mon grain de sel, et ton pain ne sera pas perdu ! Va, Alléluia †

Alléluia Alléluia Alléluia ! Je vole Seigneur, par grâce de Dieu, au profit de tous † Et … MERCI … pour tout !

Et tandis que je volais, de loin j’entendis :

MERCIDORIS †

Ce qui m’encourage à vous faire encore une petite réflexion avant de disparaître…

Mes biens chères soeurs et chers freres,

Permettez-moi de vous confier ce que  j’ai retenu à la lueur de ce qu’a confirmer L’Esprit Saint : qu’il faut être fort pour vivre dans notre monde et le côtoyer jour et nuit. Il faut que la foi aie été durement éprouvée. Tant que cela n’aura pas été fait, le mieux serait d’en rester éloigné en s’accrochant aux Paroles de Dieu, car s’accrocher il le faut – c’est le propre de l’Homme – un besoin de sa nature…

“Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent.…”(Paroles de Jésus-Christ, rapportées par un autre disciple du Christ,Jean (15:5-6)

” Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle.”  (Paroles de Simon-Pierre, disciple de Jésus-Christ, rapportées par Jean (6,69), autre disciple du Christ. Il y a une expression typique de notre patois qui dit ceci : “lai mor dan la lanp”. Ce que nous appellons lai c’est ce petit insecte qui est attiré vers la Lumière et que nous retrouvons le lendemain matin, mort, car il s’est trop approché de la lumière qui a brûlé ses ailes. 

De même qu’une foi tourmentée parce que faible ne tiendra dans le monde, de même cette même foi ne tiendra pas non plus au contact de La Lumière, trop forte pour elle. 

Danger des deux côtés ! Comment s’en sortir ? Jésus et Son Enseignement est le juste milieu. En cette période difficile de notre histoire, tournons-nous vers Lui…disons comme ce père de l’Evangile anéanti devant son fils mort : “Je crois, Seigneur, viens en aide à mon peu de foi.” (Marc 9,24) Et tendons l’oreille à ce que Jésus répondit à ce papa désespéré : “Tout est possible pour celui qui croit.” Puis Il menaça l’esprit impur, en lui disant : « Esprit qui rends muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant et n’y rentre plus jamais ! » Ayant poussé des cris et provoqué des convulsions, l’esprit sortit. L’enfant devint comme un cadavre, de sorte que tout le monde disait : « Il est mort. » Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout.

Oui mes biens chers tous, vous qui, par votre conversion au Seigneur Jésus Christ, vivez désormais sous la Grâce et non sous la Loi, écoutez Sa douce Voix vous rappeller l’essentiel de votre vie : 

“Sans Moi vous ne pouvez rien faire.” 

Que nous soyons ti lai ou sarment, ne lâchons pas Sa main. Jésus Fils de l’Homme et Fils de Dieu, est la douce lumière au contact de laquelle nos ailes ne seront pas brûlées même si nous nous en approchons trop près. Suivons Le avec confiance, yeux fermés – Il est La Lumière qui nous conduit vers Le Soleil de La Résurrection, Le Soleil de La Justice, Soleil qui Se lève sur notre monde chaque matin portant sa guérison dans Ses rayons.*

Allons à présent là où nous devons, dans La Paix et La Joie retrouvées en Christ Réssuscité, Amen Alléluia Alléluia Alléluia.

Je vous souhaite une pieuse journée.

 

*Luc 24:38*Sagesse 6:11*Jean 6:51*Romains 8:39*Malachie 4:2


M’aimes-tu plus que ceux-ci ?

Je T’aime Seigneur ma Joie ma Force ❤ Tu es Celui que mon coeur a cherché ❤ Tu es Celui qu’il a trouvé ❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.