Sur les traces de Saint Benoit

Écoute

SAINT BENOIT – Fondateur d’un des plus grands ordres monastiques de l’histoire de la chrétienté

10 points de sa règle  à appliquer au quotidien


Remettre Dieu au centre des cœurs et des vies

  • Les instruments des bonnes œuvres (chapitre 4)

« Par amour du Christ, prier pour ses ennemis. »

« Ne rien préférer à l’amour du Christ.»

  • L’obéissance (chapitre 5)

« Le premier degré d’humilité est l’obéissance sans délai. »

  • L’humilité (chapitre 7)

« L’homme estimera que Dieu, du haut du ciel, le regarde à tout moment, qu’en tout lieu le regard de la divinité voit ses actes et que les anges les lui rapportent à tout moment.»

  • La révérence dans la prière (chapitre 20)

« Sachons bien que ce n’est pas l’abondance des paroles, mais la pureté du cœur et les larmes de la componction qui nous obtiendront d’être exaucés. »

  • Les frères malades (chapitre 36)

On prendra soin des malades avant tout et par-dessus tout. On les servira comme s’ils étaient le Christ en personne, puisqu’il a dit : « J’ai été malade et vous m’avez visité » (Mt 25, 36)

  • Le travail manuel de chaque jour (chapitre 48)

« L’oisiveté est ennemie de l’âme. Les frères doivent donc consacrer certaines heures au travail des mains et d’autres à la lecture des choses divines. »

  • La réception des hôtes (chapitre 53)

« Tous les hôtes qui arrivent seront reçus comme le Christ, car lui-même doit dire un jour : “J’ai demandé l’hospitalité et vous m’avez reçu ». (Mt 25, 35) »

  • Les vêtements et les chaussures des frères (chapitre 55)

« Lorsqu’on en recevra de neufs, on rendra toujours et immédiatement les vieux qui seront déposés au vestiaire pour les pauvres. »

  • Le bon zèle que doivent avoir les moines (chapitre 72)

« Ils supporteront avec une très grande patience les infirmités d’autrui, tant physiques que morales. »

Ces dix petits conseils glanés dans la règle bénédictine ont prouvé leur efficacité pendant plus de 1 400 ans. Ils ont pour but de remettre Dieu au centre des cœurs et des vies. Une tâche longue et semée d’embûches certes, mais qui mène à coup sûr au don de soi et à la sainteté. Bonnes œuvres, obéissance, soin des malades et des voyageurs apprennent à reconnaître la main de Dieu dans le quotidien, et à savoir mieux la saisir pour se laisser guider à sa sainte volonté.

Télécharger l’intégralité de la règle de saint Benoît sur >> le site de l’abbaye de Solesmes.

 

*Source internet*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.