Sainte Marie Mère de l’Eglise

PAROLE DE DIEU

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc (Mc 9,14-29.)

En ce temps-là, Jésus, ainsi que Pierre, Jacques et Jean, descendirent de la montagne ; en rejoignant les autres disciples, ils virent une grande foule qui les entourait, et des scribes qui discutaient avec eux. Aussitôt qu’elle vit Jésus, toute la foule fut stupéfaite, et les gens accouraient pour le saluer. Il leur demanda : « De quoi discutez-vous avec eux ? » Quelqu’un dans la foule lui répondit : «Maître, je t’ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet ; cet esprit s’empare de lui n’importe où, il le jette par terre, l’enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J’ai demandé à tes disciples d’expulser cet esprit, mais ils n’en ont pas été capables. » Prenant la parole, Jésus leur dit : « Génération incroyante, combien de temps resterai-je auprès de vous ? Combien de temps devrai-je vous supporter ? Amenez-le-moi. » On le lui amena. Dès qu’il vit Jésus, l’esprit fit entrer l’enfant en convulsions ; l’enfant tomba et se roulait par terre en écumant. Jésus interrogea le père : « Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? » Il répondit : « Depuis sa petite enfance. Et souvent il l’a même jeté dans le feu ou dans l’eau pour le faire périr. Mais si tu peux quelque chose, viens à notre secours, par compassion envers nous ! » Jésus lui déclara : « Pourquoi dire : “Si tu peux”… ? Tout est possible pour celui qui croit. » Aussitôt le père de l’enfant s’écria : « Je crois! Viens au secours de mon manque de foi ! » Jésus vit que la foule s’attroupait ; il menaça l’esprit impur, en lui disant : « Esprit qui rends muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant et n’y rentre plus jamais ! » Ayant poussé des cris et provoqué des convulsions, l’esprit sortit. L’enfant devint comme un cadavre, de sorte que tout le monde disait : « Il est mort. » Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout. Quand Jésus fut rentré à la maison, ses disciples l’interrogèrent en particulier : « Pourquoi est-ce que nous, nous n’avons pas réussi à l’expulser ? » Jésus leur répondit : « Cette espèce-là, rien ne peut la faire sortir, sauf la prière. »

REFLEXION

Accueille les paroles de ma bouche, le murmure de mon cœur ; qu’ils parviennent devant toi, Seigneur, mon rocher, mon défenseur ! (Ps 19)


 Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout.


Comment ne pas se relever, se mettre debout au contact d’une main si “pacifique, bienveillante, conciliante, pleine de miséricorde et féconde en bons fruits, sans parti pris, sans hypocrisie “? pour reprendre les mots exacts de Jacques, apôtre du Seigneur, parlant de Lui – “la sagesse qui vient d’en haut  !”

Lorsque nous sommes tombés, il n’y a personne d’autre que Lui qui puisse nous relever, et nous rendre la vie que Jésus-Christ. Et Son apôtre de poursuivre … “C’est dans la paix qu’est semée la justice, qui donne son fruit aux artisans de la paix.”(Jc 3,13-18.)

La foi du père de l’enfant malade, comblant le néant de l’impossible et aidant le possible, il était juste qu’il soit guéri de son mal par les seules mains qui en avaient non seulement le plein pouvoir, mais assez de douceur, de bonté, de miséricorde pour réussir …

Est ce à dire que les disciples qui avaient essayé avant Jésus n’avaient pas réussi parce qu’ils ne possédaient pas les mêmes qualités, la même sagesse, la même paix, le même désir de guérir, de sauver, de rendre la vie ? Non, ce n’était pas cela, car prenant la parole, Jésus leur dit : « Génération incroyante, combien de temps resterai-je auprès de vous ?

Mes biens chers frères et soeurs, bien chers amis pèlerins, c’est la foi qui manque à notre monde – la foi qui ne se reçoit que par la prière – qu’en demandant, qu’en suppliant, qu’en criant vers La Sagesse d’en haut : “« Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! » Car selon Elle qui est Justice et Paix, “rien n’est impossible à celui qui croit.” Et Jésus leur a tout de suite prouvé qu’en effet « Cette espèce-là, rien ne peut la faire sortir, sauf la prière. »

N’est ce pas Seigneur ? Que dis-Tu ?

Et Jésus répondit :”

“Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en Mon Nom, ils chasseront les démons ; ils imposeront les mains aux infirmes et ils seront guéris.”(Mc,16,17)

Amen Alléluia Merci Seigneur Jésus +

Chers tous, tant que nous vivrons attachés au monde incroyant, nous serons comme lui. Son influence est grande. Mais si nous voulons vraiment faire une différence en ce monde et pour ce monde, nous devons nous en détacher. Ce qui ne veut pas dire que nous devons ne plus y penser une fois le recul nécessaire prit et la distance suffisamment grande pour que le détachement puisse porter ses bons fruits. Bien au contraire. Quand l’on se détache physiquement de quelque chose ou de quelqu’un c’est afin d’y penser encore plus et en mieux. Souvenons-nous de ces sages paroles * : “Le moine est celui qui n’a de regard que pour Dieu seul, de désir que pour Dieu seul, et qui, ne voulant servir que Dieu seul, devient cause de paix pour les autres.”

Nous le savons, mes biens chers frères ef soeurs, chers amis, nous savons que le trop, ainsi que le trop peu, est nuisible ! En tout et pour tout il nous faut trouver l’équilibre, la juste mesure. Ce n’est pas pour rien que les croyants disent de Dieu qu’Il est Juste. Si nous voulons vraiment redresser notre monde, si nous voulons qu’il devienne comme Jésus Lui même le veut, c’est à dire : une église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible (Éph.5:27), nous devons impérativement le ramener à Dieu et à Son commandement d’Amour.

Mais par où commencer ? Tant, avant nous, ont essayé…

Que nous conseilles-Tu Seigneur Jésus ?

Et Jésus répondit :

“Quiconque se sera déclaré pour moi devant les hommes, le Fils de l’homme se déclarera pour lui devant les anges de Dieu.”(Lc,12,8 )

Oh oui Seigneur Amen + Merci.

Mes biens chers frères et soeurs, bien chers amis pèlerins, si nous voulons satisfaire notre Père des cieux en Le présentant un jour cette Eglise irréprochable qu’Il voit déjà en chacun de nous, nous devons commencer par le devenir nous mêmes et donner au monde le bon exemple. Nous devons cesser de nourrir en nos coeurs la jalousie amère et l’esprit de rivalité, la vantardise et le mensonge. Nous devons cesser d’aller contre la vérité, mais nous engager à vivre dans la verité. Alors seulement, Celui qui est La Vérité Se déclarera pour nous devant les anges de Dieu, et notre monde sera sauvé.

Prions mes frères, mes soeurs, demandons à Jésus Son aide précieuse, par Marie, Mère de cette Eglise irréprochable qui se construit déjà par ses bienveillantes prières, et que nous fêtons aujourd’hui :

Seigneur Jésus exauce notre désir d’un monde meilleur, en faisant grandir la force de notre foi en Ton Evangile. Amen +

Et Jésus répondit :

“La foi est une manière de posséder déjà ce qu’on espère, un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas.(He,11,1) 

Amen. Merci Jésus.

*(Théodore le Studite, VIIIe-IXe siècle).

Facebooktwittergoogle_plusmailby feather

Une réflexion au sujet de « Sainte Marie Mère de l’Eglise »

Les commentaires sont fermés.