Annonce

” Fils d’homme, je fais de toi un guetteur… Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part.”

Ezéchiel 3:17


Parle Seigneur ! Ton serviteur écoute.

Évangile de Jésus-Christ selon Marc 5,1-20

En ce temps-là, Jésus et ses disciples arrivèrent sur l’autre rive, de l’autre côté de la mer de Galilée, dans le pays des Géraséniens. Comme Jésus sortait de la barque, aussitôt un homme possédé d’un esprit impur s’avança depuis les tombes à sa rencontre ; il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus l’attacher, même avec une chaîne ; en effet on l’avait souvent attaché avec des fers aux pieds et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers, et personne ne pouvait le maîtriser. Sans arrêt, nuit et jour, il était parmi les tombeaux et sur les collines, à crier, et à se blesser avec des pierres. Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui et cria d’une voix forte : « Que me veux-tu, Jésus, fils du Dieu Très-Haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me tourmente pas ! » Jésus lui disait en effet : « Esprit impur, sors de cet homme ! » Et il lui demandait : « Quel est ton nom ? » L’homme lui dit : « Mon nom est Légion, car nous sommes beaucoup. » Et ils suppliaient Jésus avec insistance de ne pas les chasser en dehors du pays. Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture. Alors, les esprits impurs supplièrent Jésus : « Envoie-nous vers ces porcs, et nous entrerons en eux. » Il le leur permit. Ils sortirent alors de l’homme et entrèrent dans les porcs. Du haut de la falaise, le troupeau se précipita dans la mer : il y avait environ deux mille porcs, et ils se noyaient dans la mer. Ceux qui les gardaient prirent la fuite, ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne, et les gens vinrent voir ce qui s’était passé. Ils arrivent auprès de Jésus, ils voient le possédé assis, habillé, et revenu à la raison, lui qui avait eu la légion de démons, et ils furent saisis de crainte. Ceux qui avaient vu tout cela leur racontèrent l’histoire du possédé et ce qui était arrivé aux porcs. Alors ils se mirent à supplier Jésus de quitter leur territoire. Comme Jésus remontait dans la barque, le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui. Il n’y consentit pas, mais il lui dit : « Rentre à la maison, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. » Alors l’homme s’en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l’admiration.


"« Rentre à la maison, 
auprès des tiens, 
annonce-leur tout 
ce que le Seigneur 
a fait pour toi 
dans sa miséricorde. »"

Qu’est-ce qu’un témoin ?

“Un témoin est un individu qui a assisté à un événement déterminé qui peut certifier quelque chose d’important sur l’existence ou l’accomplissement de faits intéressant une enquête, donc qui a vu ou entendu de manière significative pour reconstituer tout ou partie des faits expliquant l’évènement.” * 

Qu’est ce qu’un témoin disciple du Christ ?

C’est toujours un individu qui a assisté à un événement précis, mais qui n’a pas besoin de le raconter pour certifier, ou en prouver l’authenticité, voire apporter de la lumière à une enquête, ou deux ou trois… sur l’événement, parce que Celui dont il est le disciple EST Lui-même l’événement ! Ce qui fait qu’il n’a pas besoin de raconter :  sa vie, son être, annonce l’évènement !

Cela ne veut pas pour autant dire qu’il doit rester muet. Bien au contraire – dès qu’il ouvre sa bouche ou prend sa plume, alors c’est un PLUS ! Je dirai même plus : c’est un BONUS, pour les oreilles qui l’écoutent et les yeux qui le lisent, autant de temps qu’ils sont ouverts et accueillants à l’annonce.

Le témoin disciple du Christ n’est pas un conteur d’événements, il est l’accomplissement de l’événement qu’il annonce : “Ce n’est plus moi qui vit, mais c’est le Christ qui vit en moi”. (Ga 2, 15-20)

C’est pourquoi son coeur saigne quand on le juge, quand on se moque de lui, quand on le ridiculise, quand on le persécute. C’est pourquoi lui-même ne sera jamais indifférent à la souffrance de son prochain, même si ce prochain se révèle être un jour son pire ennemi – si ce dernier le supplie d’y mettre un terme, il le fera, car ce n’est pas lui qui agira mais Dieu Lui-même.

« Le Seigneur est auprès d’eux … Tout ce qui vit en eux vit de son esprit ! » (Is.38:16)

Que dis-tu mon frère ? Ma soeur, que dis-tu ? Que tu aimerais toi aussi devenir témoin disciple du Christ ? Qu’à cela ne tienne : Regarde là-haut, jusqu’à ce que tes yeux faiblissent. Pries, supplies Dieu, ton Père qui est aux Cieux. Gémis comme la colombe. Comme l’hirondelle, cries  : “Seigneur, je défaille ! Mon âme s’est attachée au néant de l’abîme – tires la de là. Sois mon soutien ! Jette au loin tous mes péchés. Change mon amertume en paix. Seigneur Jésus vient me sauver.Et Dieu te montrera Sa fidélité parce que tu as crié vers Lui comme un enfant vers son père. Il fera de Toi Son héritier pour l’éternité. Loin du péché tu vivras. De l’amour tu n’en manqueras pas – Lui-même viendra faire en toi Sa demeure, et de l’amour tu en donneras, en abondance autour de toi. Acceptes aujourd’hui d’être coupé des tiens afin que demain, Dieu te rattache à la multitude. Alors à chaque fois que tu devras voler vers d’autres cieux, c’est le coeur joyeux que tu le feras, sans regret ni culpabilité, mais en chantant :

Mon âme comme un oiseau s’est échappée du filet de l’oiseleur. Mon secours est dans le Nom du Seigneur…*

N’est ce pas Seigneur ?

Et Jésus répondit :

Où est votre trésor, là aussi sera votre coeur.

(Lc,12,34)

Amen + Merci Seigneur. Alléluia.

Mon frère, ma soeur,

Jésus t’appelle – Il t’invite à répondre à ces quelques questions :

Quel est l’évènement qui hier a fait frémir ton âme ? Y’a-t-il eu un évènement ou l’attends-tu impatienmment ? Que veux-tu accomplir aujourd’hui ? À qui diras-tu “merci” à la fin de ta vie ? 

De tes réponses tu découvriras ce trésor caché que tu cherches depuis que tu es arrivé, pour y poser enfin ton coeur fatigué et las de combattre un combat qui n’est pas le tien, mais le Sien.

Mon frère, ma soeur,

Jésus t’appelle à ton accomplissement. Mieux encore : en toi Il désire Lui-même S’accomplir.

Je te souhaite de poser ton coeur sur le Sien, et de mettre ta main dans la Sienne.

Dieu t’aime, tu as du prix à Ses yeux. Il te veut dans Son Équipe. 

Amen +

*source internet “Wikipedia”

*Ps,124,7-8  * 2Co.1:4*Tb.4:5*Mc.14:36

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.