question de Salut

” Fils d’homme, je fais de toi un guetteur… Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part.”

Ezéchiel 3:17


Parle Seigneur ! Ton serviteur écoute.

Évangile de Jésus-Christ selon Luc 2,22-4

Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : ‘Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur.’ Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : ‘un couple de tourterelles ou deux petites colombes.’ Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : «Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël.» Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. » Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.


"mes yeux ont vu
 le salut"

Si je vois, c’est que cela m’est donné de voir. Si j’entends, c’est que cela m’est donné d’entendre. Tout m’est donné et m’est donné du Ciel. Comme le vieil homme dans le Temple, et tant d’autres personnes, il m’a été de voir mon salut ! N’est ce pas là une Grâce ? Et quand on a reçu une telle Grâce on ne tient plus en place – en parler, la partager, est tout ce que l’on veut faire désormais. D’ailleurs le Ciel même m’a encouragée, ordonnée presque, envoyée, car peu de temps après avoir été graciée, du Ciel, j’ai reçu cette Parole :

“Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations.  Je répondis: Ah! Seigneur Eternel! voici, je ne sais point parler, car je suis un enfant.…Le Seigneur reprit : « Ne dis pas : “Je suis un enfant !” Tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrai ; tout ce que je t’ordonnerai, tu le diras. Ne les crains pas, car je suis avec toi pour te délivrer – oracle du Seigneur. » Puis le Seigneur étendit la main et me toucha la bouche. Il me dit : « Voici, je mets dans ta bouche mes paroles ! Vois : aujourd’hui, je te donne autorité sur les nations et les royaumes, pour arracher et renverser, pour détruire et démolir, pour bâtir et planter. » (Jr.1:1-10)

Alors “Le Puidamour” est né ! Cet humble espace sur Le Net est une manière de répondre et d’honorer L’Amour qui fut donné avec La Grâce, alors qu’Il n’était nullement obligé. Merci Père. Et Le Père répondit :

“La lumière est semée pour le juste, Et la joie pour ceux dont le coeur est droit.” (Psaume 97:11)

Avec le salut vient la lumière du Saint Esprit, et viennent aussi Ses dons. De sorte que, si nous les acceptons, nous serons enrichis.

Quand Dieu Se penche sur un de Ses enfants pour le gracier, cet enfant est touché jusqu’au plus profond de lui-même, il est remué, bouleversé – soit il croit ou il ne croit pas – soit ça passe ou ça casse. Soit il se détournera de Dieu où s’en rapprochera ! Et ce sera pour lui le moment du Choix – le moment décisif qui va engager sa vie et l’engager pour la vie !

Mais Dieu, Lui, restera fidèle à l’enfant à qu’Il a accordé en Grâce de Salut : Son Pardon, Son Amour, Sa Miséricorde. Parce que le jour où t’a créé, mon frère, ma soeur, Il avait déjà fait le choix de t’aimer pour l’éternité, c’est à dire avec tes qualités et malgré tes défauts.

Dieu te connaît mieux que toi-même et Il t’aime plus que tu ne pourras jamais l’imaginer, plus que tu ne pourras jamais t’aimer toi-même, plus que personne ne le pourra, sauf la personne qu’il t’enverra ! Et ce sera à toi de la reconnaître – un exercice toutefois difficile à faire si tu n’y as pas été préparé.

Tout envoyé de Dieu ne vient pas comme un voleur la nuit pour te ravir à Lui. Il se présentera à toi au grand jour et en serviteur. C’est ainsi qu’il fut par Dieu instruit et formé: pour servir et non pour être servi (Mt.20:28); pour t’aider à te connaitre et à Le reconnaître; pour t’aider à te voir comme Il te voit, et à Le reconnaître en celui qui te vois comme Lui te voit : Son enfant chéri qu’il aime pardessus tout.

Alors aujourd’hui, réfléchis. Devant ce choix qui se présente à toi, choisiras-tu comme un enfant du Bon et Miséricordieux Dieu ? Couperas-tu définitivement le lien avec Satan qui te maintient jusqu’ici comme son prisonnier préféré en te bouchant les yeux et les oreilles – de sorte que tu es incapable de te pardonner toi même et de tourner la page sur ton passé ? Regarde toi et n’aie pas peur d’affronter ce que tu vois : l’ennemi que Satan a fait de toi – un ennemi qui ne peut plus voir l’ami qui vient à toi main tendue ! N’est ce pas désolant ?

Aujourd’hui Dieu te donne l’occasion de provoquer la chute de Satan, et de provoquer ton relèvement. Ne crains pas de te laisser transpercer le coeur – ne crains pas la douleur du renoncement, mais acceptes de mourir à ta volonté en la soumettant gracieusement à Celle de ton Père des cieux qui saura alors te guider à faire le bon choix en te donnant Sa Paix.

Ton choix se trouve là : choisir entre Satan et Dieu, entre renoncer au mal pour faire le bien, entre servir ton frère  dans le renoncement pour plaire uniquement à Dieu, et servir Satan en demeurant sur tes positions et idées bien arrêtées qui te séparent de Dieu.

Faire le bon choix aujourd’hui mon frère, ma soeur, t’obtiendra d’être sauvé et de vivre aujourd’hui même au Paradis terrestre, c’est à dire : vivre non loin de Dieu en Le servant jour et nuit dans le renoncement à Satan.

Que dis-tu Seigneur ?

Et Jésus répondit :

“J’assurerai le salut à ceux qui en ont soif.” (Ps,12,6)

Amen Alléluia Merci Seigneur Jésus.

Mon frère, ma soeur, la Grâce du Salut, la Joie d’être sauvé et de vivre en Paix, tout cela nous est donné si nous le désirons sincèrement. Dieu nous accorde notre salut selon la mesure de notre désir de le recevoir !

Alors, permets qu’au Nom de l’Enfant en Dieu Ton Père des Cieux qui se présente devant toi aujourd’hui, je te pose la question : ” Veux-tu être sauvé ?” 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.